La Cour constitutionnelle de République démocratique du Congo (RDC) va commencer à examiner mardi le recours contestant les résultats de l’élection présidentielle introduit par l’opposant Martin Fayulu, a-t-on appris lundi auprès de cette instance. “La Cour constitutionnelle va commencer à examiner le recours de Martin Fayulu demain (mardi) à partir de 9h30”, a déclaré à l’AFP Baudouin Mwehu, attaché de presse au cabinet du président de cette Cour.

M. Fayulu est l’un des candidats d’opposition à la présidentielle du 30 décembre dont il conteste les résultats provisoires publiées par la Commission électorale (Céni), proclamant un autre opposant, Félix Tshisekedi, vainqueur.

Selon ces résultats provisoires, M. Tshisekedi a devancé avec 38,57% des voix Martin Fayulu (34,8%). Il doit donc succéder à Joseph Kabila, 47 ans, au pouvoir depuis l’assassinat de son père en 2001.

Mais M. Fayulu a immédiatement dénoncé un “putsch électoral” du président sortant avec la “complicité” de M. Tshisekedi, et revendiqué la victoire avec 61% des voix. Il a déposé vendredi un recours devant la Cour constitutionnelle, qui a huit jours pour donner sa décision.

L’Église catholique, qui affirme avoir déployé 40.000 observateurs le jour du scrutin, a également mis en doute le résultat annoncé. Elle a souhaité que le Conseil de sécurité de l’ONU demande à la Céni la publication des procès-verbaux de la présidentielle. Des organisations régionales et internationales réclament un recomptage des voix.

“Le recomptage des voix, relevant du pouvoir d’appréciation du juge, est une mesure extraordinaire d’instruction à laquelle le juge peut recourir après avoir épuisé toutes les autres vérifications d’usage”, selon la loi électorale.

Belga, La libre

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici