Écoutez cet article

La Majorité Présidentielle a félicité Félix Tshisekedi « en sa qualité de Président élu de la RDC ». Dans un communiqué signé par André-Alain Atundu, la coalition au pouvoir rapporte qu’elle va garder la majorité à la prochaine assemblée nationale.

« Au regard des tendances constantes à travers toutes les circonscriptions électorales relevées par notre centrale électorale, il est évident que la Majorité présidentielle gardera son statut du plus grand ensemble politique au sein de la prochaine Assemblée Nationale et ce, avec une confortable majorité. Cette projection électorale ouvre grande la perspective d’une cohabitation inéluctable avec le Président Tshisekedi dans la gestion du pays », dit la MP.

Au sujet de la présidentielle, selon les données publiées par la CENI, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo l’a emporté avec 7.051.013, soit 38,57%. Il est suivi de Martin Fayulu Madidi avec 6.366.732, soit 34,83%, et Emmanuel Ramazani Shadary avec 4.357.359, soit 23,84%. Le taux de participation à ce scrutin est de 47,56%.

actualite.cd

SOMBA,TEKA Ofele

1 COMMENTAIRE

  1. Kabila concentre dans ses mains,
    1/ le services secret et de sécurité qui ont été crées par son oncle, James Kabarebe, actuellement ministre de la défense du Rwanda,
    2/ la haute administration,
    3/ la justice,
    4/ l’économie et la financé,
    5/ l’assemblée nationale.
    Ces faits ne sont pas à prouver
    Il est dit et crié sur les toits que Tshisekedi a été élu président de la RDC.
    Il serait intéressant de poser la question à Tshisekedi que signifie pour lui le mot président.
    Au regard des faits, ce n’est pas diriger effectivement son pays qui intéresse Tshisekedi mais uniquement entrer dans l’histoire qu’il a été président de son pays. La situation dramatique dans lequelle se trouve son pays n’est sûrement pas sa préoccupation. En fait, c’est la continuité du régime Kabila et c’est celui qui va continuer à dirigera la RDC via les piliers impératifs ci-dessus indiqués. C’est Kabila qui a été réélu et nullement Tshisekedi. A défaut, aucun homme de bon sens le plus élémentaire ne peut comprendre comment les Congolais ont envoyé Tshisekedi à la présidence et Kabila à l’assemblée nationale alors qu’ils crient sur les toits qu’avec Tshisekedi, la RDC ne sera pas ce qu’elle était sous Kabila à qui ils viennent de conférer le pouvoir le pouvoir législatif et que le régime Kabila relève désormais du passé.Tshisekedi peut-il diriger un pays dans lequel les quatre piliers de tout Etat sont entre les mains de Kabila. Tshisekedi, s’il est confirmé par le Conseil Constitutionnel, sa présidence sera honorifique. Il sera Président dans sa tête et celles de ses partisans. La RDC sera en fait toujours dirigée par Kagame. Kabila n’est qu’une pure création de celui-ci comme en témoigne la composition des services de renseignement et de sécurité congolais. Que le Plus Haut ait pitié de ses enfants.
    Au vu de l’ensemble des faits, il n’y a pas eu une élection présidentielle en RDC mais une mise en scène à la congolaise, le tout sous réserve d’expliquer pourquoi et comment ces incohérences des Congolais. A l’instar de son mentor Kagame, Kabila fils est à la fois loi, juge et justice. Les membres du conseil constitutionnel sont ses obligés et sont conséquemment à son service. Le respect de la loi est mot dépourvu de sens. Peu importe les preuves irréfutable produites par Fayulu quant à l’absence de crédibilité de cette prétendue élection de Tshisekedi, les obligés de Kabila à savoir les membres du Conseil Constitutionnel ne pourra en aucun cas dire le droit et et rien que le droit. A défaut seront envoyés au placard. Les intérêts de leur patron et les leurs d’abord, le respect de la loi ensuite. Or ces des deux éléments sont inconciliables.

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici