Ecoutez cet article

L’Association africaine de défense des droits de l’homme (ASADHO), a appelé tous les députés nationaux qui sont engagés contre la corruption, de refuser les jeeps offertes par le président, Félix Tshisekedi, comme l’a dit le Président de l’Assemblée nationale, Christophe Mboso.

Pour Jean Claude Katende, ce refus permettra aux congolais de savoir qui est corrompu et qui ne l’est pas.

À en croire cet activiste des droits de l’homme, si le président Félix Tshisekedi veut crédibiliser son action contre la mafia, il est appelé à demander à l’IGF d’enquêter sur l’origine des fonds qui vont servir à payer les jeeps pour les députés nationaux.

Sinon, poursuit-il, la campagne contre la mafia sera un coup d’épée dans l’eau.

Pour rappel, face au refus de l’Assemblée nationale d’adopter la loi d’habitation, le président Félix Tshisekedi remue ciel et terre pour amadouer les députés nationaux, afin d’adopter cette loi, pour permettre au gouvernement de légiférer, pendant la période des vacances parlementaires sur la prorogation de l’état de siège, les lois de finances publiques et le domaine du numérique.

À travers le président de l’Assemblée nationale, Christophe Mboso, le chantre de l’État de droit a promis une jeep à chaque député, qu’il s’agisse de l’Union sacrée, ou de l’opposition politique ( FCC et Lamuka).

« Vous avez matérialisé l’appel du chef de l’État. C’est grâce à ça que, tous les 500 députés vont bénéficier des jeeps. Par patriotisme, le chef de l’État donne à tous les députés des jeeps. », avait dit Christophe Mboso aux élus de l’Union sacrée de la nation, nouvelle coalition de Tshisekedi.

D’après le speaker de la chambre basse du Parlement, 250 jeeps sont déjà à Boma, et les 250 autres suivront d’ici le 12 juillet 2021.

Gilbert Ngonga
24h

DiaspoRDC TV

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici