Ecoutez cet article

Dans une déclaration ce mardi 2 octobre 2018 à Kinshasa, 7 candidats présidents de la République sont montés au créneau, pour dénoncer un certain nombre de choses, notamment les avantages dont bénéficie Emmanuel Ramazani Shadary, candidat président de la coalition politique et électorale de pouvoir le Front Commun pour le Congo (FCC).

S’agissant des avantages réservés au dauphin du chef de l’État, Marie-Josée Ifoku (unique femme candidate président de la République) , Sylvain Maurice Masheke, Théodore Ngoy Ilunga, Yves Mpunga, Gabriel Mokia, Seth Kikuni (Benjamin de tous les candidats à la présidentielle) et Radjabho Tebabo demandent soit de mettre fin à cette injustice, soit d’en faire bénéficier à tous les autres candidats.

« Au chef de l’État et au gouvernement, de retirer au candidat du FCC, les véhicules de la police et des forces armées avec gyrophare, et son personnel ou de doter tous les candidats présidents de la République, des mêmes moyens immédiatement et d’interdire aux membres du gouvernement et aux autorités provinciales, urbaines, municipales et locales de faire campagne, en se servant de leur position de force et de moyens de l’État, en faveur du candidat du FCC », ont-ils déclaré.

Le Collectif des candidats présidents de la République s’insurge également contre la politisation des sites universitaires, toujours au profit de celui qu’on surnomme « Coup sur coup » (Emmanuel Ramazani Shadary).

« … interdire aussi à toutes les institutions publiques, dont les universités, en l’occurrence l’Université de Kinshasa (UNIKIN), de se mettre au service du candidat du Front Commun pour le Congo », concluent-ils.

Pour ces 7 candidats, il est impératif que les élections se tiennent le 23 décembre prochain, conformément au calendrier électoral de la CENI.

Jephté Kitsita

DiaspoRDC TV

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici