Alors que le Front Commun pour le Congo, FCC, conteste les nouvelles mises en place au sein de l’armée et de la justice, le nouveau président de la cour de cassation, David Christophe Mukendi, a été officiellement installation ce mercredi 22 juillet 2020, à Kinshasa.

Ce dernier a remercié le Chef de l’état pour son engagement à établir un état de droit sur toute l’étendue de la RDC tout en indiquant que la justice en République démocratique du Congo est en train d’être élevée grâce au changement du discours politique observé au plus haut niveau de l’Etat.

Il affirme que la magistrature en RDC qui a été de tout le temps vilipendée, traînée dans la boue, commence à se redresser dans l’imaginaire populaire et à reprendre son blason terni.

« Tout cela, il faut le reconnaître, parce que le discours politique a changé au plus haut niveau du pays. Les magistrats étaient tout le temps vilipende et c’est sur eux que l’opprobre était jeté. Aujourd’hui, on élève la justice au point d’en faire un pilier de l’avènement de l’État de droit », a déclaré David Christophe Mukendi à la presse.

Appelant à la consolidation de ces acquis au niveau de la cour de cassation, le nouveau président demande à ce que cela ne soit pas dissout et qu’il soit consolidé par les actes qui vont être poser par la suite.

Nommé vendredi dernier par le président de la République dans une ordonnance rendue publique à la RTNC, le nouveau président de la cour de cassation a pris ses fonctions dans un contexte marqué par le refus du Premier Ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba d’endosser ses nominations et de sa plate-forme, le FCC qui juge illégal ses nominations et qui demande au premier ministre de rencontrer rapidement le Chef de l’état pour aplanir ses divergences.

Thierry Mfundu
Politico

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici