Ecoutez cet article

Ce jeudi, alors que plusieurs sources annoncent une rencontre entre le président Félix Tshisekedi et son prédécesseur Joseph Kabila à la résidence du premier à la Nsele et que plusieurs sources politiques et diplomatiques espèrent y voir le début d’une accalmie dans la tempête qui secoue le sommet des institutions congolaises, c’est de l’Assemblée nationale que souffle un nouveau vent qui pourrait compliquer la donne.

En effet, l’Assemblée nationale de la République démocratique du Congo a demandé une enquête interne sur des « faits graves de corruption » sous forme de tentatives d’achat de députés, en pleine crise avec le chef de l’État Félix Tshisekedi. Le président Tshisekedi gouverne en coalition avec la majorité parlementaire du Front commun pour le Congo (FCC) fidèle à son prédécesseur Joseph Kabila. Le chef de l’État doit annoncer dans les jours qui viennent des solutions pour sortir de la crise avec ses partenaires du FCC.

Dans ce contexte, la présidente pro-Kabila de la chambre basse, Jeanine Mabunda, a saisi un « comité des sages » de l’Assemblée pour « faire toute la lumière sur les graves allégations de corruption« , selon une décision parvenue jeudi à l’AFP.

Selon ce document, des députés ont dénoncé le 9 novembre « des allégations de fraude et de corruption visant à obtenir leur adhésion viciée à certaines démarches à caractère parlementaire« .

« Le parti présidentiel UDPS (Union pour la démocratie et le progrès social) a tenté de corrompre un certain nombre de députés notamment ceux issus du FCC », a dit à l’AFP une source parlementaire qui a requis l’anonymat.

Selon cette source, ils se sont vu proposer de l’argent pour signer une pétition visant « à faire tomber le bureau de l’Assemblée nationale » et sa présidente.

Le FCC revendique au moins 305 députés sur 500 à l’Assemblée nationale.

L’accord secret de coalition a permis en janvier 2019 la première transition pacifique du pouvoir dans l’histoire du Congo entre Joseph Kabila et Félix Tshisekedi, proclamé vainqueur des élections du 30 décembre 2018.

Englué dans les tensions avec le FCC, le chef de l’État a organisé des consultations politiques afin de créer une « Union sacrée » de la nation.

Les « consultations » tendent « courageusement vers une requalification de cette majorité factice« , avec « une recomposition des alliances« , pour donner au président « une marge de manoeuvre suffisante« , a estimé mercredi la direction de la communication de la présidence.

La Libre Afrique

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici