Écoutez cet article

Après avoir été admise quelques jours à l’hôpital, Charline Kitoko âgée de 21 ans et portant une grossesse de 8 mois a succombé le 5 janvier 2022 des coups violents lui infligés par son mari.

Plusieurs organisations féminines ont haussé le ton pour condamner le meurtre de Charline Kitoko Safi, journaliste congolaise travaillant à la radio SHALA FM au Sud Kivu, décédée de suite des coups et blessures lui infligés par son mari.

Les faits remontent au 1e janvier 2022 où Charline Kitoko est allée fêter avec ses amies. A son retour, selon les témoignages des voisins, des cris et disputes auraient été entendus la nuit du 1e janvier 2022, suivis des altercations entre elle et son mari qui, visiblement l’avait rouée des coups mortels.

Après avoir été admise quelques jours à l’hôpital, Charline Kitoko âgée de 21 ans et portant une grossesse de 8 mois a succombé le 5 janvier 2022 des coups violents lui infligés par son mari.

Cependant, il est rapporté qu’après le résultat de l’autopsie qui a révélé les traces de violences et des coups reçus, monsieur Destin Wabile le mari de la défunte serait aux arrêts.

Par ailleurs, Rose Masala Ndarubu, directrice exécutive nationale de l’Union Congolaise des Femmes des Medias qui a joint sa voix à celles d’autres structures de défense des droits des femmes, a exigé que la justice soit faite et que l’auteur de cette atrocité réponde de son acte.

« Quelques soit la cause des querelles ou des disputes dans un foyer, rien ne justifie cette barbarie » s’est plaint Rose Masala.

Cathy Ibandula
Digital Congo

SOMBA,TEKA Ofele

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici