Une plainte vise des militaires pour le massacre de la population fin mars 2017 dans la commune de Nganza dans le Kasaï central. Elle a été déposée lundi 3 août au parquet militaire du Kasaï central par un collectif d’avocats affirmant représenter 600 victimes des exactions présumées de l’armée.

Au total, onze accusés. Parmi ces derniers, il n’y a qu’un seul civil : l’ancien vice-Premier ministre de l’Intérieur et candidat malheureux à la dernière présidentielle, Emmanuel Ramazani Shadary. Pour lui, c’est un montage. Avec l’ancien ministre, les généraux Asumani et Mputela sont cités ainsi que le colonel Jean de Dieu Mambweni.

Ce colonel est également cité dans l’affaire de l’assassinat des deux experts de l’ONU. Pour les avocats des plaignants, c’est au regard de leurs responsabilités au moment des faits que ces personnes ont été citées, car « elles ne pouvaient pas ignorer l’ampleur de l’opération menée par les hommes sous leurs ordres… »

300 personnes tuées

La chasse aux insurgés Kamuina Nsapu avait eu lieu fin mars 2017. Des hommes en uniforme avaient investi les quartiers de la commune de Nganza à la recherche des miliciens. Faisant du porte-à-porte, ces militaires et policiers tiraient à bout portant. Plus de 300 personnes ont été tuées, selon les rapports de plusieurs ONG qui parlent également de viols des femmes.

Les corps des victimes ont été, pour les uns enfouis en masse dans des parcelles d’habitation, les autres ont tout simplement été emportés vers l’École de formation des officiers, affirment des témoins. Pour l’ONG Société congolaise pour l’État de droit, les atrocités commises au Kasaï devraient être dénoncées devant la Cour pénale internationale.

Lire aussi: Haut-Katanga: Kazembe veut réconcilier Kabila et Katumbi pour “l’unité des Katangais”(S’ouvre dans un nouvel onglet)

RFI

2 COMMENTAIRES

  1. Monsieur Emmanuel Ramazani,
    Voici ce qu’a dit une fois le dictateur Mobutu à la tribune des Nations-Unies, ‘’un fruit ne tombe que quand il est mur, mais devant l’ouragan et la tempête, mur ou pas mur il tombe quand-même’’. L’heure a sonné son glas. Le peuple congolais ne veut plus de la présence du PPRD sur son territoire. Le PPRD est non seulement l’ennemi du peuple congolais mais aussi de l’Occident. Si tu étais intellectuel, tu comprendrais facilement que l’existence du PPRD est tributaire de l’alliance que Joseph Kabila a conclu avec l’UPDPS. La cession du pouvoir Par Joseph à Felix Tshisekedi n’était pas veine. Elle n’était qu’une façon pour Joseph Kabila de se couvrir des maux qu’il a infligés au peuple congolais. Si le PPRD ne tolère pas la présence de Felix Tshisekedi à la présidence de la RDC, sachez que celui-ci dispose de biens des moyens pour fléchir les Kabilistes que ce soit sur le plan national ou international. J’ai l’impression que le PPRD doute encore de l’omnipotence de Felix Tshisekedi. Je vous rappelle qu’il jouit d’un appui sans précèdent partout en RDC. Il est capable d’ordonner l’arrestation immédiate de tous les Kabilistes qui ont commis des meurtres, à commencer par Joseph Kabila qu’aucun pays au monde ne peut accorder l’asile, y compris le Rwanda, sa patrie. Quelle que soit votre manière d’agir, le PPRD est perdant. En voulant ridiculiser Felix Tshisekedi, vous perdrez tout le pouvoir. Pour Rappel, quand Mobutu et Etienne Tshisekedi se disputait le pouvoir, Laurent-Désiré Kabila en profita pour devenir président de la RDC. Autrement dit, vos querelles inutiles se solderont par la victoire de LAMUKA. Jeanine Mabunda Lioko, la boite de pandore et Alexis Thambwe Mwamba, une autre force du mal précipitera bientôt le PPRD à sa décadence comme le firent les Ngbandi au régime du feu Mobutu. Si les Français ont renversé le roi Louis XIV, si les Américains ont chassé les colons britanniques de treize colonies d’Amérique, les Congolais ont prouvé à travers les manifestations récentes qu’ils disposent des atouts pour accroupir la majorité Kabiliste montée de toute pièce au sein du Parlement congolais.
    Monsieur Sylvano Kasongo ! C’est dans l’intérêt national que le peuple congolais a manifesté pour sauvegarder les intérêts nationaux. Les manifestations ont réussi à éteindre les intentions nuisibles du FCC. Malgré la condamnation de ces projets des lois par toutes les couches sociales de la RDC, les adeptes du FCC, ont fait la sourde oreille à la mise en garde de tous les dirigeants politiques du pays et se sont permis d’aller de l’avant avec leurs intentions diaboliques. Le peuple congolais a été provoqué et sa réaction a été tout-à-fait normal. C’est aux fauteurs des troubles (FCC) qu’incombe la responsabilité de ces dégâts.

  2. Joseph Kabila entre l’enclume de la misère et le marteau de la mort !!
    Que le FFCC se tienne bien ! Chaque chose à son temps, et à chaque temps correspond une chose bien particulière. Il fut un temps pour Joseph Kabila et ses pairs de tuer les Congolais comme de petits chiens. Il fut un temps pour les Kabilistes de violer les femmes congolaises sans toutefois avoir des comptes à rendre. Il fut un temps pour les Kabilistes de s’enrichir au détriment du peuple congolais. Ce temps est dévolu. L’assassinat de l’Américain Michael Sharp et de la Suédoise, Zaida Catalana par Joseph Kabila ne restera jamais impuni. Si le FCC s’obstine comme toujours et si le peuple congolais ne peut le mettre hors l’état de nuire, l’extérieur le fera. La RDC est déjà séquestrée, pour quelle raison ? C’est pour bien confiner la mobilité des Kabilistes. Je te rappelle que quand Mobutu et Etienne Tshisekedi se disputaient le pouvoir, c’est le petit Rwanda qui en profita pour mettre fin au mobutisme. La réplicabilité de ce phénomène s’envisage pour l’arrestation imminente de Joseph Kabila et de ses dignitaires. De la même manière que Joseph Kabila a accédé au pouvoir avec l’appui de l’extérieur, c’est de cette même façon que ses anciens sponsors l’aideront à le quitter.

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici