Ecoutez cet article

Le parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD) a clôturé le jeudi 24 octobre 2019 sa matinée politique dite d’évaluation au regard du contexte politique actuel au pays.

Si tous se sont focalisés sur les discours officiels axés notamment sur la détermination de ce parti à reconquérir la présidence de la République, il n’en demeure pas moins que beaucoup de choses abordées ont été passées sous silence.

Selon une source du PPRD contactée vendredi par 7SUR7.CD et qui a requis l’anonymat, l’ambiance était certes bon enfant mais certaines vérités dites au cours de ces assisses ont été cachées à l’opinion.

A en croire notre source, au cours de cette activité, des voix s’étaient élevées pour exiger la démission du bureau politique de ce parti accusé d’être à la base de l’échec du PPRD à la présidentielle.

Dans la ligne de mire, tous ceux que certains considèrent comme les faucons du clan Kabila notamment le coordonnateur du FCC Néhémie Mwilanya et Évariste Boshab, pour ne citer que ceux-là.

L’auteur de cette proposition, un élu PPRD, s’est posé la question de savoir : pourquoi avec près de 11 millions de voix récoltées par ses députés, ceci ne s’est pas répercuté sur les voix de leur candidat président de la République ?

Autre chose dénoncée pendant cette matinée politique et pas révélée au grand public, c’est la création par certains cadres du PPRD d’autres partis qui relèvent de leurs personnes et non de la stratégie de la formation politique de Kabila. Cela est à la base de la fuite des militants et des cadres, d’après certains cadres du PPRD.

Parmi les auteurs de cette pratique, l’ex gouverneur de Kinshasa André Kimbuta, l’ex gouverneur du Kasai Oriental Ngoyi Kasanji ou encore l’ex président de l’assemblée nationale Aubin Minaku ont été pointés du doigt.

Pourquoi avoir passé sous silence tous ces éléments?

Certainement parce qu’au PPRD, l’heure n’est pas à montrer ses faiblesses, ses fissures face à leur partenaire au sein du FCC et même de la coalition CACH, estiment certains observateurs. Le PPRD veut donner l’image d’un parti fort et uni !

Qu’à cela ne tienne, au PPRD, même si tout semble avoir été dit mais tout reste encore à faire. Le parti est désormais en concurrence avec d’autres formations politiques comme l’UDPS.

Alphonse Muderwa

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici