Ecoutez cet article

Modeste Bahati Lukwebo ne se repose pratiquement pas depuis son élection à la tête su Sénat. Il enchaîne audiences et réunions dans la perspective de permettre à la chambre des sages de jouer pleinement son rôle social. C’est dans ce cadre qu’il a échangé sur les réformes électorales, hier jeudi 25 mars, avec l’ambassadeur des États-Unis en RDC.

Modeste Bahati et Mike Hammer ont parlé du caractère prioritaire des réformes électorales comme conditionnalité à la tenue des élections apaisées et transparentes en 2023, échéance conforme à la Constitution et autres textes de loi. Ce dernier a évoqué la nécessité d’organiser les élections dans le respect du délai constitutionnel.

«Je suis venu féliciter le nouveau président du Sénat et, principalement, pour offrir la coopération des États-Unis dans le cadre de notre partenariat privilégié pour avancer la paix et la prospérité. Il était aussi question de l’écouter sur ses priorités. C’est clair que les réformes électorales sont l’une des priorités. C’est très important que les prochaines élections aient lieu en 2023, comme programmé dans la Constitution», a déclaré Mike Hammer.

PROMOUVOIR LE CHANGEMENT

Le diplomate américain a profité de cette occasion pour réaffirmer la détermination de son pays à soutenir les efforts pour assurer de bonnes élections en 2023 au peuple congolais. Il a insisté sur la nécessité à veiller à ce que les réformes sur le plan électoral demeure ce qui préoccupe le plus les parlementaires et le peuple congolais.

Selon la cellule de communication du président de la chambre haute du Parlement, les deux personnalités ont surtout, au cours de cette rencontre, parlé de la coopération bilatérale entre les États-Unis et la République démocratique du Congo.

«On a aussi parlé des intérêts entre les deux pays, a-t-il ajouté. Il y a une grande opportunité de promouvoir le changement et faire des lois et des projets qui intéressent le peuple congolais et font avancer la prospérité. Les États-Unis est un bon ami de la RDC. C’est pourquoi nous voulons d’une coopération, pas seulement avec le Gouvernement, mais aussi avec le Sénat».

L’APPORT DE L’ONUDI

Bien avant la rencontre avec le diplomate américain, le président du Sénat, Modeste Bahati, a reçu en audience le directeur régional de l’Organisation des Nations-Unies pour le développement industriel (ONUDI), Jean Bakole. Ce citoyen congolais a discuté avec le numéro un de la chambre haute du Parlement de l’industrialisation de la RDC et des expériences qui ont permis aux autres États de développer leurs économies.

«Je suis venu chez nous à Kinshasa à l’invitation des autorités du pays pour discuter des stratégies pour booster notre industrialisation en vue d’appuyer la diversification économique de la RDC. J’ai échangé avec le président du Sénat des résultats de cette mission en cours et l’ai l’informé du programme d’industrialisation, que l’ONUDI formule pour notre pays», a-t-il déclaré.

Jean Bakole dit avoir senti en Modeste Bahati la détermination à changer le paradigme économique. Il essaie également, selon lui, de créer des conditions pour passer d’une économie de consommation de l’importation à une économie de production, donc industrialisée. Il salue cet élan qui, a-t-il indiqué, a la chance de se répercuter sur les autres élus du peuple.

Le représentant régional de l’ONUDI a profité de ce face-à-face avec le président du Sénat pour parler de la nécessité d’investir sur la jeunesse qui a beaucoup de potentialités. Ce potentiel de la jeunesse congolaise peut se décliner à l’innovation technologique et la digitalisation, a-t-il indiqué.

«L’entretien était plus que convivial. Je sors de cette rencontre convaincu de la volonté du pays de pouvoir vraiment s’engager dans la diversification de l’économie, spécialement dans le cadre de la zone de libre-échange continental africaine Tous les pays doivent désormais produire quantitativement et qualitativement pour répondre aux besoins de la population, a-t-il ajouté.

LE SOUTIEN DES ENSEIGNANTS

Modeste Bahati a aussi, au cours de cette même journée, accordé une audience à ses collègues professeurs des universités et instituts supérieurs de la RDC, réunis au sein du «Réseau des Associations des professeurs des universités et instituts supérieurs du Congo» (RAPUCO).

Dans les discussions, ces enseignants au niveau académique en RDC ont fait des propositions à Modeste Bahati pour qu’il aide les institutions du pays à améliorer la gouvernance. Ils ont émis le vœu de voir le ministère de l’ESU être dirigé absolument par un professeur d’universités.

Le speaker de la chambre haute du Parlement a écouté attentivement ses hôtes. Après échanges, Bahati Lukwebo leur a demandé de transmettre au Sénat et à l’Assemblée nationale les propositions qui vont les aider à bien légiférer.

«Nous sommes venus lui présenter les civilités. Pour nous, c’est une fierté, une grande assurance par rapport au devenir de notre pays. Nous avons profité pour faire part des préoccupations des professeurs de la RDC et du personnel de l’enseignement supérieur et universitaire. Nous lui avons demandé d’intercéder auprès d’autres institutions, afin que les textes légaux et réglementaires de la République soient respectés», a-t-il déclaré.

Orly-Darel NGIAMBUKULU
Forum des as

DiaspoRDC TV

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici