Écoutez cet article

Visiblement, il n’est toujours pas sorti d’affaire. L’épée de Damoclès est toujours suspendue sur lui. Oui, il s’agit bien de l’ancien Président a.i de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), Jean-Marc Kabund. Après plus de quatre heures d’audition, hier jeudi 28 juillet 2022 au Parquet Général près la Cour de Cassation, ce député national a regagné sa résidence en homme libre. Il était venu sous l’escorte de ses sympathisants. Quoi qu’il en soit, l’affaire est loin d’être close. Etant donné que cet ancien 1er Vice-président de l’Assemblée nationale sera entendu de nouveau mardi 2 août prochain devant le même parquet. La liberté ou l’incarcération de cet acteur politique sera connue à l’issue de cette comparution devant le Parquet Général près la Cour de Cassation.

Le Président de l’Alliance pour le Changement était entendu par la justice pour notamment « propos injurieux et diffamatoires » contre le Chef de l’Etat et les institutions du pays. Beaucoup pensaient qu’il allait être placé sous mandat d’arrêt provisoire. En marge de son adresse devant un parterre de médias dans sa résidence de Kingabwa, l’ancien président intérimaire du parti présidentiel UDPS avait indiqué que le parlement était devenu un lieu de traitement des sujets sans pertinence, pointant du doigt accusateur le Chef de l’Etat Félix Tshisekedi, qu’il a qualifié d’un ‘’danger’’ pour la République Démocratique du Congo, précisant que son départ serait la solution.

La réplique n’avait pas tardé à venir. Quelques heures après le point de presse de Kabund, les éléments de la police étaient descendus à Kingabwa, dans sa résidence. Quoique la raison officielle de cette descente fût la récupération d’une jeep de l’Assemblée nationale, d’après certaines langues, l’objectif principal était d’arrêter l’élu de Mont-amba. «La demande du PGR consiste tout simplement à respecter les procédures», lâche un analyste politique. Dans cette série de réactions, de Kabuya en passant par Mende, Me Tharcisse Matadiwamba, à son tour, avait recadré Jean-Marc Kabund. L’ancien bâtonnier national conseillait à Kabund de lire davantage Gandhi le philosophe pour que ce dernier l’inspire à porter une vraie casquette d’homme d’Etat. «La réaction que j’ai eue, c’est de renvoyer notre ami au sage avocat Gandhi Mahatma que le monde entier connait, qui a dit : ce qui détruit, ce qui est contre la paix, c’est la politique sans principes», a souligné Me Matadiwamba. Dans la même optique, le Président National de l’Union des Démocrates Socialistes, UDS, M. Crispin Kabasele Tshimanga Babanya Kabudi, Pionnier et Ancien Représentant de l’UDPS en France, avait manifesté son désaccord à l’égard des réactions du Secrétaire Général de l’UDPS Augustin Kabuya Tshilumba et du Bureau de l’Assemblée Nationale au point de presse de Jean-Marc Kabund-a-Kabund. Pour l’ancien Représentant de l’UDPS en France qui a jugé lamentable et catastrophique la sortie médiatique de Kabund-a-Kabund, ce dernier a fait preuve de manque de sagesse et d’intelligence politique dans ses déclarations. Il pense que les propos orduriers de l’ancien Président intérimaire de l’UDPS qui ont été d’un niveau très bas au point où ils ont provoqué le dégoût et la nausée chez tous ceux qui l’ont suivi, ne devraient pas mériter cette attention de la part des dirigeants de l’UDPS et de l’Assemblée Nationale. Le rendez-vous est pris pour mardi prochain.

La Prospérité

SOMBA,TEKA Ofele

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici