Après l’affaire de la Cour constitutionnelle, le FCC accuse l’UDPS de vouloir faire main basse sur la justice.

L’ambassadeur André-Alain Atundu, l’un des porte-parole de la famille politique de l’ex-président Kabila, a déclaré jeudi au cours d’une rencontre avec la presse, que l’imbroglio dans l’affaire de la Cour constitutionnelle relève selon lui d’une démarche destinée à détruire le FCC.

« Une analyse téléologique des événements survenus au cours cette période dans le secteur de la justice, à savoir les procès de 100 jours, l’interpellation cavalière du vice-Premier ministre, ministre de la Justice et garde des Sceaux, la rocambolesque démission-destitution du premier président de la Cour constitutionnelle et président du Conseil supérieur de la magistrature, permet de déceler la volonté de faire main basse sur la justice dans le but de décapiter et de terroriser le FCC en brandissant l’épée de la justice sur ses principaux leaders, a déclaré André-Alain Atundu au micro de Kamanda wa Kamanda Muzembe.

Il serait naïf de croire que le FCC n’y comprend rien, et qu’il subirait sans broncher les événements comme un troupeau de moutons qui ne se pose pas de questions quand on va chercher, chaque jour, l’un des leurs pour l’abattoir.

Plutôt que de chercher un affrontement meurtrier à l’issue incertaine, il serait plus sage d’appliquer de bonne foi le deal de la coalition FCC-Cach et de s’attaquer aux problèmes existentiels des populations congolaises, comme le pouvoir d’achat, la dégringolade vertigineuse du franc congolais par rapport au dollar, les conditions de la reprise économique pendant et après le Covid-19. »

RFI

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici