Ecoutez cet article

Les journaux parus ce lundi dans la capitale congolaise, se sont penchés notamment sur les derniers réglages entre F. Tshisekedi et le président sud-africain et président en exercice de l’Union africaine Cyril Ramaphosa en ce qui concerne la prochaine Présidence de l’UA qui sera assumée par la RDC.

« Le développement de l’UA au menu des échanges entre les présidents Félix Tshisekedi et Cyril Ramaphosa », constate L’AGENCE CONGOLAISE DE PRESSE (ACP). En effet, le président de la République Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo a examiné samedi, avec son homologue sud-africain, Cyril Ramaphosa, les moyens de faire progresser l’agenda 2063 en ce qui concerne le développement de l’Union Africaine (UA), au cours d’une audience qu’il lui a accordée en sa résidence Mahlamba Ndiopfu, en Afrique du Sud.

L’agencier renseigne que, selon les informations publiées sur le compte twitter de la présidence sud-africaine, les deux personnalités ont également réfléchi sur les voies et moyens de renforcer la coopération stratégique entre le RDC et la République sud-africaine. On ajoutant que cette rencontre a permis aux deux chefs d’Etat d’échanger notamment sur les questions qui touchent le continent africain, dans le contexte de l’Union Africaine, et sur le développement au niveau régional, précise-t-il.

Présidence de l’UA, « derniers réglages entre F. Tshisekedi et Ramaphosa », rapporte Le PHARE. Ce journal note que le président de la République, Félix Tshisekedi, a séjourné le weed-end dernier à Pretoria, en Afrique du Sud, où il a eu des échanges avec son homologue sud-africain, Cyril Ramaphosa.

On croit savoir que les deux chefs d’Etat ont procédé aux derniers réglages de la passation des pouvoirs, indique LE PHARE. C’est le lieu de signaler que le 3 décembre dernier, le président de la Commission Africaine, Moussa Faki Mahamat, était reçu par le président de la RDC à la Cité de l’Union Africaine, dans l’optique des préparatifs de cette alternance au sommet de l’organisation continentale.

Pour sa part, ECONEWS, titre à sa Une : « Union sacrée de la nation » : le jeu politique se précise ». Président de la république (Centre), Assemblée nationale (Ouest), Gouvernement (Est). Il faut noter qu’au sein de l’ « Union Sacrée de la Nation », l’heure est aussi bien à la formalisation du grand mouvement voulu par le chef de l’Etat qu’à la répartition des rôles. Selon des indiscrétions glanées en haut lieu, le président de la République a pris toutes les précautions d’usage pour ne pas rater le départ.

Le jeu politique se précise. La redistribution de rôles au sein de ce mouvement se fera suivant la géopolitique congolaise qui prend les trois pôles, savoir l’Est, l’Ouest et le Centre.

A noter qu’avec le Centre qui se retrouve déjà en la personne du président de la République, les parties Est et Ouest sont au centre des tractations. Et à première vue, le prochain président de l’Assemblée nationale proviendra de l’Ouest, alors qu’un ressortissant de l’Est prendra les commandes du Gouvernement, indique ce tabloïd.

Toujours dans le même optique, FORUM DES AS titre : défis de l’Union Sacrée de la Nation : « Delly Sesanga : le social des Congolais d’abord ». Pour y arriver, l’élu de Luiza préconise la diminution de la taille du Gouvernement, celle des cabinets du président de la République, du Premier ministre, des membres de l’Exécutif comme amorce de la politique et réduction du train de vie de l’Etat.

Delly Sesanga, leader du parti Envol et l’une des voix qui comptent du G13, groupe de treize personnalités politiques et acteurs de la société civile, prône des signaux forts pour que l’Union Sacrée de la Nation ne soit pas le repaire de tous ceux qui recherchent le partage équitable et équilibré du pouvoir.

Dans une déclaration à la presse, vendredi 18 décembre, Delly Sesanga a, au nom du G13, esquissé ce que doit être le contenu de cette Union Sacrée si l’on veut répondre aux attentes du peuple.

De son côté, L’AVENIR signale qu’il y a « Malaise au sein du FCC ». Ce confrère de l’avenue Bas-Congo, s’interroge si le bateau FCC serait-il au bord de la dérive ? Le FCC est-il menacé d’implosion ? Toutes ces questions méritent d’être posées au vue des initiatives qui naissent les unes après les autres.

En tout cas au niveau de l’Anadec, parti politique cher à Agée Matembo qui s’est affiché dernièrement aux côtés de l’ex-président de la République et Sénateur à vie, Joseph Kabila Kabange, tout porte à croire que la nouvelle génération est disposée à jouer son rôle, mieux, à contribuer à l’essor de cette importante famille politique en Rdc.

Et d’ajouter, s’il est vrai que Félix Kabange Numbi a crée le FCC Renaissance, Steve Mbikayi, le FCC Rénovateur, Guy Kwete le FCC Républicain et Agée Matembo le FCC Progressiste, que reste-t-il encore du FCC incarné par Néhémie Mwilanya et compagnies ? Trop des questions sur cette plate-forme de Joseph Kabila, autorité morale du FCC.

Gisèle Mbuyi

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici