Écoutez cet article

Sindika Dokolo, initiateur du mouvement citoyen Les Congolais Debout, (LCD), a insisté sur la nécessité de réformer certaines institutions de la République Démocratique du Congo.

Tout en reconnaissant que l’alternance survenue en janvier dernier au sommet de l’État constitue une première victoire, Sindika Dokolo estime que les mouvements citoyens doivent rester mobilisés.

En outre, l’homme d’affaires et collectionneur d’oeuvres d’art Congolais, qui s’exprimait jeudi 28 novembre dernier à l’occasion de l’ouverture des assises de LCD à Kinshasa, a mis un accent particulier sur la consolidation de l’État de droit.

« Être un Congolais Debout c’est avoir la certitude que le Congo ne se développera jamais sans État de droit. L’État de droit c’est certains principes démocratiques…Aujourd’hui, on se rend compte qu’il y a encore tout un travail à faire. C’est vrai, il y a eu cette première victoire de l’alternance mais aujourd’hui, il faut absolument qu’on réforme la justice. On a une justice qui n’est plus crédible, c’est un grand frein au développement du Congo et à la crédibilité de notre État. De la même manière, on a toujours des institutions qui sont instrumentalisées. Aujourd’hui, on doit absolument faire cette réflexion dans un sens républicain pas dans un sens de parti politique », a dit S. Dokolo.

L’initiateur de LCD a, à ce sujet, notamment évoqué la Commission Électorale Nationale Indépendante, (CENI) et la Cour Constitutionnelle qui doivent selon lui, également subir des réformes importantes.

Durant ces assises, il sera question pour « Les Congolais Debout » de faire le bilan de tout ce qui a été fait, mais aussi de réfléchir à la nouvelle séquence politique de la RDC pour définir sur quoi portera son engagement pour la promotion des valeurs que ce mouvement citoyen défend.

Jephté Kitsita

SOMBA,TEKA Ofele

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici