Écoutez cet article

Un contingent de l’armée burundaise est déployé dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC) pour traquer des groupes armés locaux et étrangers récalcitrants au processus de paix voulu par des chefs d’États de la Communauté des États d’Afrique de l’est (EAC), a annoncé lundi l’armée congolaise. « Depuis ce lundi 15 août 2022, le contingent des forces de défense du Burundi est entré officiellement en RDC (…) dans le cadre de la mutualisation des forces prônée par les chefs d’États de l’EAC », a annoncé le porte-parole de l’armée au Sud-Kivu (est), le lieutenant Marc Elongo, à l’AFP..

« Le contingent burundais est le premier qui s’est déployé dans le cadre de la force régionale de l’EAC », a précisé l’officier.

Constitué d’ »un nombre important des militaires », il est placé sous le commandement des FARDC (Forces armées de la RDC) et est cantonné dans un centre d’instruction de la région d’Uvira au Sud-Kivu, a expliqué l’officier. La région d’Uvira est frontalière du Burundi.

Avec leurs homologues congolais, ces soldats ont « pour mission de traquer tous les groupes armées étrangers et locaux afin de restaurer la paix promise » dans l’est congolais, a ajouté l’officier.

Le chef des opérations militaires au Sud-Kivu, le général Ramazani Fundi, a appelé « la population au calme et à collaborer d’une manière franche avec les forces loyalistes afin de mettre un terme à cet activisme des forces irrégulières », a encore dit l’officier.

En début d’année, des responsables locaux et la société civile avaient dénoncé l’entrée des militaires burundais sur le sol congolais, exigeant des explications aux autorités.

L’armée congolaise a toujours démenti une entrée des militaires burundais en RDC, estimant qu’il s’agissait des combattants de groupes armés habillés de manière semblable à l’armée burundaise dans le but de provoquer la confusion.

En juin, des chefs d’États membres de l’EAC avaient décidé de mettre sur pieds une force régionale, appelée à travailler avec l’armée congolaise en vue de mettre fin aux violences des groupes armés dans l’est de la RDC.

Les chefs d’États ont reparti les forces de la manière suivante: l’armée congolaise en partenariat avec les armées kényane et ougandaise vont se déployer dans le Nord-Kivu et l’Ituri. Les FARDC et l’armée sud-soudanaise se chargeront de la traque des groupes armés dans la province du Haut-Uèle (nord-est)

La RDC, riche en minerais et en ressources naturelles, est en proie à d’une centaine de groupes armés dans l’Est, dont la plupart sont un héritage de deux guerres régionales il y a près de trois décennies.

La libre Afrique

SOMBA,TEKA Ofele

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici