Écoutez cet article

Cinq (5) ans déjà depuis le départ d’Étienne Tshisekedi dans l’au-delà, et plus de trois (3) ans depuis que son fils Félix Tshisekedi préside la République Démocratique du Congo. D’un ton ferme, visage serein, le Premier Ministre honoraire Bruno Tshibala estime que le combat mené par le Sphinx de Limete ne produit pas encore des fruits.

«Le changement pour lequel Étienne Tshisekedi s’est tant sacrifié tarde encore à venir», a-t-il fait savoir à l’occasion du 5e anniversaire de la disparition d’Étienne Tshisekedi.

À l’en croire, la date du 1er février n’est pas synonyme des larmes aux yeux, ni encore de regretter la disparition d’Étienne Tshisekedi. « Il s’agit plutôt de célébrer, de vénérer sa bravoure, célébrer ses valeurs pour lesquelles il s’est battu », a-t-il précisé.

À cette occasion, Félix Tshisekedi a dévoilé le monument de son Père, érigé à son mausolée à N’sele, une commune de l’Ouest de Kinshasa.

8.50 m de hauteur, 2.50 de largeur et pesant 2 tonnes, la statue d’Etienne Tshisekedi-œuvre d’Oscar Manikunda-est un assemblage d’aciers et de résine sur une base des tôles strelis, une couche de zinc et patine celiosic pour la protection de l’œuvre contre les intempéries et pour une longue durée de vie avec entretien périodique.

Objectif-infos

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici