Écoutez cet article

Les activités sont paralysées dans la ville de Tshikapa au Kasaï depuis ce matin du mardi 18 décembre 2018. A la base, des manifestations spontanées des jeunes qui disent ne pas vouloir voir le candidat Emmanuel Ramazani Shadary censé atterrir dans la ville dans le cadre de sa campagne électorale.

Selon le journaliste Serge Olivier Nkongolo de la radio communautaire Kilimandjaro basée à Tshikapa, la tension est vive.

«Des jeunes venus des communes de Mbumba, Mabondo et Kanzala sont entrain de marcher contre l’arrivée de Shadary. Ils promettent de tout casser si jamais son avion atterrit. Les boutiques, magasins et comptoirs d’achat des diamants sont fermés. Un groupe de manifestants a pris position au rond-point Ndjendje. Il empêche toute circulation. Un autre groupe armé de bâtons et de pierres rodent aux abords de l’aéroport. Le gouverneur Manyanga tentent sans succès de les calmer » explique-t-il à actualite.cd

« La police tire en l’air en ce moment. Elle vient de procéder à l’arrestation de deux jeunes qu’elle garde au cachot de l’aéroport » indique une source de service de sécurité.

Le gouverneur de province Marc Manyanga dirige en ce moment une réunion de sécurité au salon d’honneur de l’aéroport de Tshikapa.

« Les quelques membres du Palu et du CCU qui étaient venus à l’aéroport sont entrain de quitter. La tension est vive. Les jeunes chantent «qu’on nous tue aujourd’hui, si Shadary atterrit à Tshikapa », nous ne savons pas ce qui va se passer car l’armée et la police sont débordées », témoigne un fonctionnaire de la RVA.

Dimanche dernier, des affrontements avaient opposé à Tshikapa les militants de l’opposition et ceux du FCC faisant deux morts à l’occasion de l’arrivée de Felix Tshisekedi et de Maker Mwangu, ancien ministre de l’Enseignement primaire secondaire et professionnel.

Sosthène Kambidi

SOMBA,TEKA Ofele

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici