Pas de tirs croisés aujourd’hui au Conseil des ministres. On redoutait des accrochages entre le Président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi et le Premier ministre Ilunga Ilunkamba, au regard de ce qui s’est passé récemment avec l’ex-ministre de la Justice, Tunda ya Kasende et les dernières ordonnances présidentielles.

La tension qui a précédé la réunion du gouvernement de ce vendredi entre les deux personnalités, n’a pas été ressentie.

L’un a modéré et assuré la police des débats comme d’habitude. L’autre a préféré rester bouche cousue. Une première sous Fatshi. Le chef du gouvernement n’a dit mot au cours de la réunion des ministres. Il était connecté mais n’a pas préféré parler.

L’attitude affichée par le duo Tshisekedi-Ilunga a surpris plus d’un ministre. Les deux personnalités ont totalement zappé leurs divergences comme si rien de grave ne s’était passé, alors qu’on a assisté à une vive tension entre les deux hommes à cause des dernières ordonnances dans l’armée et la magistrature.

« La maturité et la sagesse ont prévalu sur les sentiments partisans et les intérêts égoïstes », a expliqué un ministre qui a été surpris par ce calme apparent entre les deux hommes.

Retour à un supposé « compromis de mardi ? »

En effet, de retour mardi à Kinshasa après son séjour lushois, le Premier ministre a été reçu par le Chef de l’État, confirme une source de la présidence de la république. Tshisekedi avait rassuré son interlocuteur de gérer politiquement la question des ordonnances publiées pour rencontrer certaines de ses préoccupations, précise un cadre de premier rang du FCC.

Apaisé, le Premier ministre a attendu la suite. Mais quelques heures après, Ilunkamba a appris que les promus ont reçu leurs notifications. Le vieux a piqué une crise de colère. Dans sa famille politique, on a parlé de la « théorie du complot ».

Le même mardi soir, Sylvestre Ilunga a tancé le Chef de l’État dans un communiqué qualifié de discourtois par le leadership de l’Udps à travers lequel il lui demande presque des explications et une rencontre à deux pour clarifier la situation.

Après avoir réussi son coup, Tshisekedi n’a pas réagi. Ses ordonnances sont exécutées. Les remises-reprises ont eu lieu à 80% dans l’armée. A la demande du PM, Fatshi a simplement promis de traiter la question au Conseil des ministres. Toutefois, ses lieutenants ont investi les plateaux de télévision et les réseaux sociaux pour charger Ilunga, jugé indélicat.

Retournement de la situation

Aucun clash au Conseil des ministres. La question attendue par tous a été superbement ignorée. Peut-être, c’est le retour au « compromis de mardi » qui a précédé l’avalanche des réactions et contre-réactions. Les prochains jours nous en diront plus.

Landry amisi
Ouragan Fm

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici