Ecoutez cet article

La mesure prise lors de la 41ème réunion du Conseil des ministres vient d’être mise en exécution.

Par le biais du vice-premier ministre en charge du Budget et celui des finances, le gouvernement congolais lève « la suspension de l’exonération de la TVA sur les importations des sociétés minières » afin de favoriser la mobilisation à vive allure des recettes de l’Etat.

« Le Conseil des ministres a décidé, au cours de sa 41ème réunion et dans le cadre de la mobilisation des recettes de l’Etat par les régies financières, de la suspension de l’exonération de la TVA sur les importations des sociétés minières », a écrit Jean Baudouin Mayo à son collègue des Finances, tout en lui demandant d’exécuter cette mesure, sans délai, et conformément à la décision du Conseil des ministres.

Cette décision intervient alors que le gouvernement a adopté, au cours sa 42ème réunion du Conseil des ministres du 31 juillet, un train de mesures pour stabiliser le franc congolais, relancer l’économie nationale et accroître la mobilisation des recettes publiques.

Comme d’autres pays du monde, la RDC n’est pas épargnée de cette faible mobilisation des recettes publiques enregistrée depuis le début de la covid-19 qui a poussé les autorités à déclaré un état d’urgence entre le 24 mars et le 21 juillet 2020, avec restrictions de plusieurs libertés.

Selon plusieurs sources au sein du gouvernement, les caisses de l’État affiche un écart de production en recette de plus de 2,6 milliards USD pour le semestre 2020.

Selon les statistiques, les états de suivi budgétaire renseignent un niveau global de dépenses de l’ordre de 3 350 608 435 571 FC (1,718 milliard USD) contre les prévisions linéaires de 8 612 624 023 644 FC (4,416 milliards USD) au premier semestre 2020, soit un taux d’exécution de seulement 38,9%.

En ressources internes, les dépenses publiques du gouvernement se sont élevées à 3 156 764 192 824 FC contre les prévisions linéaires de 7 435 923 385 994 FC, soit un taux de réalisation de 42,5%, au 30 juin 2020.

Selon plusieurs analystes, ce niveau de dépenses est dû par la moindre mobilisation des recettes publique et ce, même auprès des partenaires extérieurs qui n’ont contribué au budget national qu’à hauteur de 193 844 242 824 FC (99,407 millions USD) sur des prévisions linéaires de 1 176 700 637 650 FC (603,436 millions USD), soit un taux d’exécution d’à peine 16,5%, à fin juin 2020.

Tenez, le Plan d’engagement budgétaire pour le 3e trimestre 2020 du gouvernement s’élève à 2 157 069 000 000 FC.

Siméon Isako
Cas-info

DiaspoRDC TV

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici