Écoutez cet article

Que fera le co-signataire de l’Accord de Nairobi ?

A priori, l’équation semble difficile.

Le non-dit est finalement dit. Quiconque a suivi la récente tournée de Vital Kamerhe dans le Grand Kivu et plus généralement dans l’Est, s’est vite rendu à l’évidence qu’il n’y avait ni effigie de Félix Tshisekedi ni drapeau de l’UDPS. Doit-on dès lors, pensé à une rupture de partenariat ou à un oubli exprès ? Toujours est-il qu’au parti présidentiel, cette attitude de Vital Kamerhe est diversement décryptée. Cadres, combattants et partisans du principal parti au pouvoir au sommet de l’Etat, y vont de leurs commentaires.

Mais au-delà de toutes les supputations que charrie la tournée de VK dans l’espace Grand Kivu, l’un de nos confrères qui ont couvert la tournée fixe l’opinion, pour ne pas le citer, a donc accompagné le président national du parti Union pour la nation congolaise (UNC), dans sa caravane de paix dans l’Est, considéré non sans raison comme le ventre mou du vaste territoire de la RD Congo.

Comment comprendre autrement, que Vital Kamerhe, très connu comme allié privilégié de Félix Tshsiekedi, vu de l’accord de Nairobi, n’ait pas parlé de ce dernier, à une année qui nous sépare de la prochaine présidentielle prévue en 2023 ? A cette question, ce confrère répond sans chercher les mots.

« Vital Kamerhe nourrit des ambitions présidentielles et cela ne l’a jamais quitté. Le divorce d’avec Félix Tshisekedi est une question qui ne regarde que lui-même, parce que la population le lui a demandé. Qu’est-ce que vous comprenez comme message, que quelqu’un reconnu comme proche du Chef de l’Etat, tienne un meeting sans son effigie ni le drapeau de son Parti politique? »

Doit-on dès lors, penser à une rupture consommée entre Vital Kamerhe et Félix Tshisekedi ? il ne botte pas en touche à cette question du présentateur de l’émission, visiblement déterminé à lui tirer le ver du nez. « La population (ndlr : du Grand Kivu) pousse Vital Kamerhe à la rupture de son partenariat avec Fatshi. VK qui doit opérer le choix dans les jours à venir, devra donc lui-même tirer les leçons ou tenir compte de cette volonté populaire exprimée lors de sa tournée« , renchérit le confrère.

UNE EQUATION DIFFICILE ?

Question simple. Comment Vital Kamerhe a-t-il digéré les désidératas de sa base des Kivu, qui se résument en un discours anti Félix Tshisekedi ? A priori, d’aucuns pensent que Vital Kamerhe n’est pas encore prêt à tourner définitivement le dos à son allié de l’accord de la capitale kenyane. Autrement dit, il croit en ce deal pour le prochain scrutin. Pour preuve, aussitôt acquitté le 23 juin dernier, l’ancien directeur de cabinet de Félix Tshisekedi avait rencontré ce dernier, six jours seulement après. Soit, le 29 du même mois.

L’opinion se rappellera que Vital Kamerhé avait été reçu par le Chef de l’Etat pendant près de deux heures en soirée au palais présidentiel. Ce, après les deux ans de séparation entre les deux hommes, à la suite de l’arrestation de Vital Kamerhe le 8 avril 2020. Interrogé par RFI sur le contenu de cette rencontre, Vital Kamerhe avait clairement indiqué qu’il avait été question de partenariat.-que les deux hommes comptent renforcer- à travers leurs partis respectifs, l’UNC et l’UDPS.

« C’était aussi la joie de retrouver un partenaire politique. Quelle que soit l’épreuve qu’on endure, cette épreuve doit être en-dessous de ce qu’on est déterminé à donner à la nation, à la patrie, à la communauté. C’est en cela que nous allons gagner« , avait déclaré Vital Kamerhe à la presse locale.

Même si à l’époque, VK n’avait fait aucune déclaration en rapport avec la prochaine présidentielle, plusieurs observateurs avaient, cependant, jugé cette rencontre comme une manière pour Félix Tshisekedi, de s’assurer du soutien de son allié de la précédente élection présidentielle du 30 décembre 2018 et que celui-ci ne sera pas lui-même candidat à celle de 2023. Qu’on l’aime ou qu’on ne l’aime, Vital Kamerhe sera indispensable pour gagner l’électorat dans l’Est du pays. Surtout, la province du Sud-Kivu, son fief sociologique.

A la lumière de ce qui s’est passé lors de sa tournée dans les Kivus, une question lancinante taraude plus d’un esprit. A savoir : comment Vital Kamerhe, sous réserve de son ultime option à lever dans les jours à venir, entend concilier la volonté de sa base avec une éventuelle poursuite de partenariat avec Félix Tshisekedi. Dès lors que les Kivutiens contraignent leur leader à ne pas s’afficher pro Fatshi, l’équation devient difficile pour l’homme à la barbe poivre-sel.

Tout bien considéré, Vital Kamerhe reste donc écartelé entre le vœu clairement exprimé de sa base et la loyauté au partenariat avec Fatshi. Dans un contexte comme celui-ci, où des pans de population de l’Est semblent ne plus adouber Félix Tshisekedi, personne n’accepterait de se mettre à la place de Vital Kamerhe pour opérer un choix. Le bon.

Grevisse KABREL
Forum des as

SOMBA,TEKA Ofele

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici