Ecoutez cet article

La RDC et la Belgique se sont engagées “à la désescalade” ce vendredi et à aller vers “une normalisation de leur relations” après un long entretien entre le Premier ministre belge Charles Michel et le président de la RDC Joseph Kabila, en marge de l’assemblée générale des Nations unies.

Le Premier ministre belge Charles Michel et le président de la RDC Joseph Kabila ont fait part de leur volonté de “normaliser les relations entre leurs deux pays”, lors d’un long entretien bilatéral ce vendredi à New York en marge de l’assemblée générale des Nations unies.

“J’ai senti chez le président Kabila une volonté de désescalade dans les relations entre la Belgique et la RDC”, dit Charles Michel après une rencontre d’une heure et demi avec Joseph Kabila dans un hôtel de Manhattan. “Le fait que nous nous soyons rencontrés si longtemps signifie que nous allons tout mettre en oeuvre pour y parvenir”, ajoute le Premier ministre.

Lors de la discussion, le président Kabila a confirmé l’organisation des élections présidentielles en décembre. Ces élections étaient prévues en décembre 2016, mais elles ont été reportées à deux reprises, Kinshasa invoquant des difficultés dans l’organisation du scrutin. Peu à peu, les relations entre la Belgique et la RDC se sont dégradées. Les coopérations militaire et économique se sont arrêtées, sans que les relations diplomatiques ne cessent réellement.

Suite aux représailles menées par le régime congolais contre les manifestations de l’opposition, la Belgique avait renoncé à l’octroi d’une aide de 25 millions d’euros, redirigées vers les ONG.

Vers une réouverture de la Maison Schengen

Lors de leur rencontre, les deux dirigeants ont évoqué la réouverture de la Maison Schengen, confie une source diplomatique. Cette représentation consulaire, commune à 17 pays de l’UE et à la Norvège, administrée par la Belgique, avait été fermée par les autorités congolaises suite à la décision de la Belgique de réorienter son aide à la RDC.

La fermture de la Maison Schengen avait entraîné l’impossibilité pour les Congolaise d’obtenir en RDC des visas pour l’espace Schengen.

“Au plus fort de la crise entre les deux pays, le canal diplomatique entre les deux dirigeants n’a jamais été coupé. Ils se parlaient”, ajoute cette source.

Le Premier ministre a, toutefois, refusé de répondre aux questions relatives à la tenue des élections en RDC. “Je n’ai pas à exprimer de sentiments sur les élections”, dit-il, “nous allons être du côté de ceux qui ne jettent pas de l’huile sur le feu”.

“Il y avait une volonté de part et d’autre de mieux nous comprendre et de réduire les malentendus”, précise Charles Michel, “la Belgique va essayer d’apporter sa pierre à la stabilité au au développement de la RDC et de la région”. Le Premier ministre a annoncé jeudi devant l’assemblée générale de l’ONU son intention de promouvoir un vaste accord de libre-échange entre l’Afrique et l’Europe. Selon lui, la normalisation des relations avec la RDC est une étape nécessaire vers le développement de ce partenariat.

En quittant la salle de réunion le Premier ministre a serré chaleureusement la main du ministre congolais des Affaires étrangères, Léonard She Okitundu. “Je serai très heureux de vous revoir à Bruxelles”, lui a glissé Charles Michel.

L’echo

DiaspoRDC TV

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici