Ecoutez cet article

Les réactions continuent de tomber après la dernière sortie médiatique du président Rwandais Paul Kagame au sujet des crimes commis en République démocratique du Congo.

La dernière en date est celle du député national Delly Sesanga. Pour l’élu de Luiza dans la province du Kasaï-Central, la politique de bon voisinage ne peut oblitérer la mémoire.

“La politique de bon voisinage ne peut oblitérer la mémoire, source de l’histoire et fondement de la paix et la stabilité à venir. Dans les Grands Lacs, on ne fera pas l’économie de la vérité des faits et des tragédies qui ont émaillé nos relations avec nos voisins, dont le Rwanda”, a indiqué Delly Sesanga via Twitter le mardi 18 mai 2021.

Dans la foulée, le président de l’Envol affirme qu’évoquer la mémoire, c’est conjurer le sort des tragédies passées pour l’avenir.

“Ce que le président Paul Kagame refuse d’admettre pour son peuple, au nom de la dignité humaine, il ne peut le soutenir sur la RD Congo au nom d’un culte de l’oubli. Évoquer la mémoire, c’est conjurer le sort des tragédies passées pour l’avenir. Inviter à l’oubli, c’est les perpétuer”, a conclu Delly Sesanga.

Pour rappel, dans une interview accordée lundi dernier à Radio France Internationale (RFI) et France 24 à Paris, le président Rwandais a affirmé qu’il n’y a jamais eu des crimes commis en RDC. Par la même occasion, il a rejeté les conclusions du Rapport Mapping des Nations-Unies en les qualifiant de “controversées”.

Paul Kagame a également accusé le docteur Denis Mukwege, prix Nobel de la Paix, de bénéficier du soutien des forces “obscures” dans la mesure où il réclame la mise en œuvre des recommandations du Rapport Mapping.

Jephté Kitsita
7sur7

DiaspoRDC TV

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici