Écoutez cet article

Dans une déclaration politique faite dimanche à Kinshasa, le parti politique Nouvel Elan de l’ancien premier ministre Adolphe Muzito, réitère son voeu de trouver un consensus sur le projet de révision de la Loi relative à la CENI, en vue de sa dépolitisation.

A cet effet, ce parti membre de la coalition Lamuka encourage les forces sociales et politiques à multiplier les actions de rue et à intensifier les pressions diplomatiques pour contraindre le Régime à choisir entre le consensus sur les réformes électorales à réaliser et l’insurrection pacifique du peuple.

Dans cette déclaration, Nouvel Elan constate une volonté délibérée du Régime Tshisekedi d’entretenir la confusion entre, d’une part, les confits ou divergences qui l’opposent à l’Eglise (CENCO et ECC) relatifs aux revendications de ces églises, et d’autre part, ceux qui l’opposent au Peuple, concernant sa souveraineté, laquelle passe par des élections transparentes, gage de la vérité des urnes.

À en croire cet opposant, ces élections sont susceptibles de mettre fin à l’illégitimité des institutions de la RDC, perpétuée par le chaos électoral de décembre 2018.

A ce sujet, le parti de Muzito estime qu’une entente éventuelle entre le Gouvernement et la hiérarchie de l’Eglise sur quelques désidératas exprimés par cette dernière, laisserait encore entier le problème lié à la souveraineté du Peuple (de ses fidèles et laics), à son devenir et à son destin.

Car précise-t-il, elle ne suffira pas pour l’amener à abandonner sa lutte pour l’autodėtermination , qui passe, selon lui, par une CENI non politisée.

Ivan Honoré
24h

SOMBA,TEKA Ofele

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici