Ecoutez cet article

Ancien porte-parole de l’ex – majorité présidentielle, Alain Atundu communicateur du front commun pour le Congo (FCC) a regretté jeudi 17 Octobre que les militants du parti présidentiel [UDPS] aient accusés sa coalition d’être impliquée dans le Crash de l’Antonov A 72 qui assurait la logistique présidentielle.

Huit personnes [ dont le chauffeur personnel du chef de l’Etat ] étaient à bord en plus de la jeep officielle du président de la République. De Kinshasa à Kananga passant Tshikapa dans la région du Kasaï, les militants de l’UDPS avaient manifesté contre un “sabotage”.

“L’UDPS s’est chargée de calmer ses militants, le problème s’il y en a, ne se traite pas dans la rue, et de là, un accident vous pointez directement votre allié ce n’est pas correct , c’est de la présomption et du préjugé”, a déclaré Atundu au cours d’une conférence de presse à Kinshasa. “Dans cette histoire, est-ce l’avion est parti de Béni où de Goma? On le disait d’abord au Maniema puis on le retrouve au Sankuru, donc prenons notre mal a patience, posons à qui le droit les questions et laissons le la liberté de travailler et dans tous les cas, s’il y a un coup, ça ne peut pas venir de la coalition FCC Cash, c’est de notre intérêt que le président de la République qui fait partie de la coalition réussisse à sa mission”, a – t- il soutenu. Parlant des marges de manœuvre du président Tshisekedi, Alain Atundu a indiqué qu’il a “les mains libres”.

Mais, a-t-il nuancé : “il n’y a pas de liberté sans contraintes, la liberté est une contrainte qu’on adopte pour réaliser ce qu’on veut, le président Tshisekedi n’est pas un anarchiste ni un arbitraire, voilà le lien qui le pousse à respecter la volonté du peuple, c’est un homme libre mais lié par la constitution”.

La volonté du peuple est celle “à travers la coalition parce que la coalition est l’instrument qu’il a choisi pour réaliser la volonté du peuple”, a précisé le communicateur.

Les multiples voyages du président de la République se font “au nom de la coalition”, a – t- il encore dit. Et d’interroger : “Pensez-vous que le président Tshisekedi aurait fait sa tournée dans ces conditions si le FCC n’était pas d’accord ? Pensez-vous que le FCC se serait tû, s’il n’était pas d’accord ? Nous sommes des alliés, quand le président va à l’extérieur il va au nom de la coalition”

Christine Tshibuyi
Actualite.cd

DiaspoRDC TV

2 COMMENTAIRES

  1. Mr ATUNDU, je ne suis pas d’accord avec votre conclusion :si le président va à l’extérieur c’est au nom de la coalition, c’est à dire pas au nom du peuple. Je crois que vous êtes un peu perdu ou fatigué.

  2. La situation dans laquelle s’est empêtrée l’udps ressemble étrangement à celle connue par l’upads de Pascal lissouba en 1992 au Congo Brazzaville. En effet, l’upads a coalisé avec le pct pour s’assurer une majorité parlementaire aux fins de gouverner ensemble, alors que le pct, parti de Denis Sassou Nguesso et au pouvoir depuis 1968 a été laminé à la conférence nationale et tenu responsable des crimes économiques et humains, bref de la situation désastreuse que connaissait le pays.
    Malgré ce tableau sombre et le bannissement de ce parti par le peuple au sortir de cette conférence, l’upads avait jugé mieux de recomposer avec le pct vomi par la presque totalité du peuple congolais. Et la suite, on la connait. Une alliance contre nature qui a accouché d’une grosse souris. D’instabilité en instabilité, savamment orchestrée par les caciques du pct, nous sommes arrivés à la guerre du 5 juin 1997. Plus de 10.000 morts.
    Ce petit rappel, en observant ce qui se passe en face (RDC), me fait penser à tout ce que le Congo Brazzaville a connu.
    J’ai bien peur pour la RDC. Des gens (FCC) bannis, rejetés par le peuple, accusés de tous les maux (crimes économiques, assassinats, arrestations arbitraires, etc) puissent un bon matin se revêtir d’une peau d’agneau et devenir par un coup de baguette magique des gens propres et fréquentables, alors que le peuple congolais en majorité (RDC) ne voulait plus de ces femmes et hommes d’obédience kabiliste et apparentés.
    A peine uni par un mariage contre nature, à l’image de l’upads-pct en 1992 au Congo Brazzaville, voilà ce que nous presente déjà la coalition fcc-cach, une union aux valeurs antinomiques, une union entre le bon et le mauvais, une union entre le bien et le mal, un mariage entre un homme propre et une femme prostituée rejetée par la société.
    La RDC, à travers cette alliance, s’est engouffré dans un cul de sac, et le peuple nest pas certain d’en tirer profit.
    Il est peut-être temps de revoir les choses avant qu’il ne soit trop tard. Dans la situation actuelle, Félix est un homme qui pilote un avion, mais debout, sans siège pour s’asseoir. Aura t’il toute la concentration et toute la magnanimité de faire attérir cet avion sans dangers ?
    Félix, tu es allé à la chasse, on t’a donné le fusil mais en pleine forêt, tu réalises que le fusil n’a pas de cartouches. Telle est la situation dans laquelle tu te trouves maintenant.
    A l’époque, j’aimais un vieux qui s’appelait Bernardin Mungul-Diaka. C’est pour cela que mes proches m’appellent affectueusement…
    Moungoul

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici