Écoutez cet article

L’ONG Human Rights Watch (HRW) demande à la communauté internationale de maintenir la pression sur les autorités de Kinshasa pour obtenir la tenue des élections, après la désignation ce mercredi 8 août 2018, de l’ancien ministre Emmanuel Shadary comme dauphin de Joseph Kabila.

«Nous sommes encore très loin d’un processus électoral crédible, et beaucoup de choses peuvent se passer d’ici à décembre, y compris des délais supplémentaires. Les partenaires régionaux et internationaux de la RD Congo doivent continuer à exercer une pression forte pour que le pays connaisse une transition véritablement démocratique et pour prévenir davantage de répression et d’effusion de sang dans les mois à venir », a dit ce mercredi, Ida Sawyer, Directrice adjointe de la division Afrique de Human Rights Watch.

Pour HWR, il s’agit d’une première étape « cruciale » franchie par le président Joseph Kabila qui ne se représente pas pour un troisième mandat.

«L’annonce d’aujourd’hui selon laquelle Shadari Ramazani sera le candidat de la plate-forme électorale du président Joseph Kabila indique que Kabila lui-même ne tentera pas de briguer un troisième mandat inconstitutionnel en décembre. Le fait que Kabila ne se présente pas comme candidat est une première étape cruciale », a ajouté Sawyer.

Ancien ministre de l’Intérieur et de Sécurité, Ramazani Shadary a été désigné après plusieurs réunions du Front commun pour le Congo (FCC) sous la direction de Joseph Kabila. Le dauphin de Kabila ainsi que 13 autres personnalités politico-administratives ont été sanctionnées par l’Union européenne en mai 2017. Il leur est reproché de participer à la politique répressive du gouvernement et de violation des droits de l’homme en RDC, notamment dans les provinces de l’espace Kasai.

Patrick Maki

SOMBA,TEKA Ofele

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici