Il y a bien longtemps que Félix Tshisekedi, Président de la République et Autorité morale du CACH et le Raïs Joseph Kabila, le boss des boss du FCC qui tient la majorité parlementaire se sont rencontrés. Pourtant les sujets à discorde et les divergences sur la gestion de l’Etat s’amoncellent.

La dernière en date qui a conduit à la levée des boucliers entre les deux camps, c’est le projet de nomination par Arrêté du Vice-Premier (VPM) ministre de l’Intérieur, l’UDPS Gilbert Kakonde, des Administrateurs de Territoires, des Maires des villes et des Bourgmestres des communes, intérimaires.

Côté FCC, c’est Dieudonné Mwenze, l’un de ses communicateurs attitrés qui est sorti du bois pour dénoncer ce projet de nomination par le VPM Kankonde qui n’ont pas préalablement été discutées à la coalition, comme il se doit pour faire l’objet d’un partage car il s’agit là des postes administratifs ultra stratégiques dans l’organisation des élections. Car ce sont ces entités qui gèrent de fait les élections à la base et il n’est pas du tout indiqué qu’un seul camp de la coalition puisse en avoir le contrôle total seul, sans associer les autres partenaires comme c’est le cas avec ce projet de nomination du VPM Gilbert Kankonde.

Côté UDPS, c’est Me Peter Kazadi qui répond au FCC, sur ces questions précises de projet de nomination des Administrateurs de Territoires, des Maires et des Bourgmestres par un Arrêté du VPM Kankonde. Pour lui, ce projet de nomination est de la seule compétence du ministre de l’Intérieur de par les textes régissant le fonctionnement du gouvernement. Il n’y a rien à redire à cet effet. En plus, il s’agit bien des fonctions administratives qui ne peuvent aucunement faire l’objet d‘un quelconque partage à la coalition en plus, ajoute-t-il, ils sont nommés à titre intérimaire même si Dieudonné Mwenze du FCC estime qu’en RDC les intérimaires sont des effectifs.

L’UDPS Peter Kazadi lui pose la question de savoir comment se fait-il que leurs propres ministres ont procédé à des nominations sectorielles sans en référer à la coalition. C’est le cas entre autres du ministre de l’Enneigement supérieure et universitaire qui venait de procéder à des mises en place des Comités de gestion dans des Universités et Instituts supérieurs publics. Il n’y a pas eu partage avec l‘autre partenaire qui est le CACH comme on veut l’exiger lorsqu’il s’agit des ministres de cette plateforme.

Le FCC Dieudonné Mwenze persiste et signe, que ce projet de nomination qui n’a pas reçu le quitus de la coalition du fait que les deux partenaires gèrent ensemble les affaires publiques, doit être annulé comme c’était le cas avec les nominations des secrétaires généraux de l’Administration publique par le ministre FCC de la Fonction publique. Ils pourront continuer à épiloguer à longueur de journée sur cette question précise, ils ne se mettront pas d’accord.

C’est là qu’il faut l’implication des deux leaders pour tirer les choses au clair sur tous ces points de divergences à la coalition au pouvoir qui mettent un grain de sable dans la machine institutionnelle. Cela dépasse le ressort du Comité de suivi de la coalition révisé à huit membres sans l’UNC de Vital Kamerhe. Autre sujet sur lequel les Romains continuent à s’empoigner à la coalition, ce sont les Ordonnances du Président de la République sur la magistrature, que le FCC continue à qualifier d’anticonstitutionnelles en accusant le chef de l’Etat de violation intentionnelle de la Constitution.

Un sujet qui a même débordé le cadre de la coalition pour entrainer d’autres acteurs politiques comme Martin Fayulu Madidi de LAMUKA ou Théodore Ngoy, qui assure la défense des deux Juges contestataires. Le Comité de suivi ne s’est jamais réuni pour statuer sur ces Ordonnances taxées d’« illégales » du Président de la République portant organisation judicaire. Même si c’était le cas, quatre contre quatre, ils discuteront du sexe des anges et il n’y aura personne pour les départager.

Cette question dépasse ce cadre très limité du Comité de suivi. Il serait à l’agenda des deux leaders Félix Tshisekedi et Joseph Kabila. Il faudra aussi y ajouter l’annonce faite par Néhémie Mwilanya, le Coordonnateur des FCC qui révèle que dans l’Accord FCC-CACH signé par Félix Tshisekedi et Joseph Kabila, en 2019, le poste de Président de la République revient au FCC alors qu’à l’UDPS, pour des raisons évidentes on pense le contraire. On apprend qu’une rencontre entre les deux leaders est en perspective. D’autant plus que les deux partenaires qui convolent en noces péniblement sont au moins convaincus d’une chose à ce jour, c’est que leur mariage incestueux ne va pas connaitre de divorce. Il ira cahin cahan jusqu’en 2023, foi de deux leaders Félix Tshisekedi et Joseph Kabila.

Kandolo M.
Forum des As

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici