Ecoutez cet article

Au cours d’un point de presse tenu à Kinshasa, dimanche 14 février 2021, le professeur Léon Mudubu, coordonnateur adjoint de « Pour construire », un mouvement associatif de lutte contre la corruption dans les institutions publiques, s’insurge contre le tollé médiatique suscité par la publication du rapport de l’Inspection Générale des Finances (IGF) sur la gestion du dossier Bukanga Lonzo par l’ancien premier ministre, Matata Ponyo.

Selon le numéro deux de cette structure de la société civile, il y a nécessité de l’ouverture d’un procès public afin que les responsabilités soient clairement établies dans la malversation financière ayant caractérisé la gestion du projet Bukanga Lonzo.

« Au premier président de la Cour de cassation d’ouvrir immédiatement un procès public, après fixation de la cause, à l’instar de celui dit de programme de 100 jours, afin de permettre aux contribuables congolais d’en savoir plus sur les différents dossiers de malversation financière au sein de l’appareil de l’État et décourager ainsi les potentiels détourneurs, corrupteurs et corrompus », a-t-il déclaré.

Par ailleurs, Léon Mudubu recommande au procureur près la Cour de cassation de se saisir d’office du dossier à charge de Matata Ponyo Mapon soupçonné de malversation financière dans le rapport de l’Inspection Générale des Finances (IGF) afin d’obtenir un procès où les responsabilités seront établies une fois pour toute.

En outre, cet acteur de la société civile exhorte l’IGF de garder la ligne directrice de sa mission lui confiée par le président de la République et d’éviter des réactions et contre-réactions à tout moment lorsque les concernés de son rapport s’agitent.

« Pour Construire recommande à l’IGF de continuer à être une vraie église au milieu du village. De rester professionnel dans l’exercice de son travail et d’éviter le tapage médiatique », a-t-il conclu.

En rappel, l’Inspection Générale des Finances avait indiqué dans un rapport déposé auprès de la justice que le projet Bukanga Lonzo a consommé 285 millions de dollars du Trésor public parti en fumée pour mauvaise gestion et dont la responsabilité incombe à un groupe de personnes, notamment l’ancien premier ministre, Matata Ponyo.

De son côté, l’ex-premier ministre concerné a balayé d’un revers de la main ces accusations qu’il qualifie d’imputations dommageables contre sa personne et promet de saisir la justice contre Jules Alingete Key, Inspecteur général des finances et chef de service pour un rapport, selon lui, « politique ».

Emery Yakamua
Actu30

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici