Ecoutez cet article

À l’instar de Martin Fayulu, l’initiateur du parti politique Nouvel Élan, Adolphe Muzito, a appelé le peuple congolais à faire de la résistance face au pouvoir du Président Félix Tshisekedi qu’il qualifie d’illégitime. Cette “illégitimité” est, d’après Muzito, la raison pour laquelle le Chef de l’État et les autres gouvernants ne se sentent pas redevables. La déclaration du Président national du Nouvel Élan a été faite samedi 13 février 2021 lors du séminaire idéologique de ce parti, tenu au Cercle Elaeis dans la commune de la Gombe.

Le Premier ministre honoraire Adolphe Muzito prend soin de marquer la différence entre la résistance et l’opposition : “on fait de l’opposition face à un pouvoir qu’on reconnaît légitime et c’est ce qu’on appelle opposition républicaine”.

Comme dans ses précédentes sorties médiatiques, l’ancien ministre du Budget a réitéré sa position selon laquelle le Président Tshisekedi ne sera pas en mesure d’assurer le bien-être social promis aux congolais. Et pour cause, le Chef de l’État actuel a hérité d’une situation catastrophique de son prédécesseur Joseph Kabila, son ancien partenaire qu’il n’a pas voulu dénoncer, mais préfère plutôt protéger.

Chiffres à l’appui, Adolphe Muzito s’est évertué à démontrer la thèse qu’il soutient. Avec un budget actuel en ressources propres estimé à environ 3 milliards USD y compris la masse salariale des 1.500.000 fonctionnaires représentant 70 pour cent de ce budget, l’équivalent de 2 milliards USD, par conséquent, il ne reste plus que 1.900.000.000 (1 milliard et neuf cents millions) USD de budget d’investissement. Ce qui veut dire, selon Muzito, qu’il n’y aura pas d’investissement, pas de croissance ni autres dépenses régaliennes de l’État.

En outre, l’ancien Inspecteur des Finances estime qu’avec un PIB de 52 milliards USD, on peut s’endetter même à hauteur de 50 pour cent du PIB comme le recommande les normes internationales. Il s’appuie sur le fait que beaucoup de pays comme les États-Unis financent leur développement avec une dette égalant leur PIB. ” Entre un pays pauvre non endetté et un pays riche endetté, où préférez-vous être” a-t-il lancé. Et l’assistance de répondre : “Pays riche endetté”.

L’initiateur du Nouvel Élan suggère trois pistes de solution : L’endettement, la levée des fonds auprès de la communauté internationale en donnant en hypothèque notre sous-sol ou la vente carrément des ressources du sous sol au lieu d’aller vers la cogestion.

Adolphe Muzito et son parti soutiennent les dernières déclarations de Martin Fayulu. “Nous sommes dans Lamuka et soutenons la communication de Fayulu”.

JM Mawete
Politico

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici