Lors du Conseil des ministres présidé vendredi par le chef de l’État Félix Tshisekedi par vidéoconférence, l’activisme de certains extrémistes se réclamant des partis politiques membres de la coalition au pouvoir a été évoqué.

D’après le compte-rendu de cette réunion signé par Jolino Makelele, porte-parole du gouvernement, le président de la République a noté que depuis quelques temps, l’on observe un phénomène inhabituel qui met en exergue quelques individus qui, sous couvert de leur appartenance réelle et supposée à tel ou tel parti de l’actuelle coalition au pouvoir, s’adonnent à des activités illégales dans certaines villes notamment Bukavu, Lubumbashi, Kasumbalesa, Kinshasa et Matadi.

De ce fait, Félix Tshisekedi a instruit le ministre de l’intérieur “de prendre toutes les dispositions pour mettre ces inciviques hors état de nuire et de recommander fermement aux dirigeants de ces partis politiques de mieux tenir en laisse leurs militants”.

Selon le même compte-rendu, le chef de l’État a “insisté sur la nécessité d’appliquer la loi dans toute sa rigueur et pour tous”.

Les dossiers Kasumbalesa et Kingabwa ont défrayé la chronique cette semaine en RDC. À la frontière de Kasumbalesa, dans le Haut-Katanga, un groupe de militants de l’UDPS avaient manifesté mardi pour réclamer le départ de leur secrétaire général, Augustin Kabuya. Lors de ces manifestations, des actes de violence ont été signalés.

À Kinshasa, la police a annoncé jeudi avoir démantelé une bande d’inciviques dans le quartier Kingabwa situé dans la commune de Kinshasa. Durant cette opération, 23 personnes ont été arrêtées.

Prince Mayiro

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici