Écoutez cet article

L’élection des gouverneurs et vice-gouverneurs s’est tenue ce vendredi 06 mai 2022 dans quatorze des vingt-six provinces de la République Démocratique du Congo. Ce scrutin s’est soldé par l’écrasante victoire de l’Union Sacrée de la Nation partout. Presque partout car, les candidats présentés officiellement ou soutenus par le camp présidentiel ont été élus ou qualifiés au second tour. Sauf au Sankuru où l’indépendant Jules Lodi, non lié ni de près ni de loin à l’Union sacrée de la Nation a été élu avec 16 voix sur 25 votants.

Il a surclassé le candidat de l’UDPS, Norbert Yamba Yamba, qui n’a récolté que six petites voix et Jean-Paul Hiango, qui a sauvé son honneur avec une infime petite voix. Les dix autres candidats se sont départagés zéro voix.

Les députés provinciaux du Sankuru ont encore navigué à contre courant de Kinshasa. Après avoir humilié le candidat de la défunte coalition FCC-CACH, Lambert Mende en 2019, ils ont fait mordre de la poussière, cette fois-ci, au parti présidentiel.

Peut-on y voir un signe que la démocratie existe dans la province natale de Patrice Emery Lumumba ? Ou s’agirait-il de résultats d’une corruption en grande échelle dans cette province très enclavée, pauvre, sous-développée et dépourvue des infrastructures sociales de base adaptées mais réputée conflictuelle?

En tout cas, le successeur de Joseph Stéphane Mukumadi devra se montrer plus sérieux et rigoureux que son prédécesseur pour espérer remonter la pente. Surtout que de mauvaises langues le lient au Front Commun pour le Congo (FCC) dont on lui attribue la mission de récupérer la gestion du Sankuru au profit de Joseph Kabila.

Dans tous les cas, le nouveau Gouverneur du Sankuru sera investi par le Chef de l’État et va travailler pour les intérêts du Sankuru. Tous les Sankurois normalement constitués sont invités à le soutenir car il est désormais leur chef.

En attendant de le voir à l’œuvre, rendez-vous à 2024 pour peut être une autre humiliation pour le candidat de la future majorité présidentielle. Les temps des mots d’ordre ne sont plus que de lointains souvenirs.

Jean Pérou Kabouira
Alternance

SOMBA,TEKA Ofele

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici