Ecoutez cet article

A 876 jours du délai constitutionnel de la convocation des scrutins pour 2023, le G13 a relevé dans un communiqué rendu public ce mercredi, que le retard accumulé dans la préparation des élections menace la tenue effective dans les délais, des élections crédibles en 2023.

Le G13 note que la grande ambition de la réforme, esquissée par consensus lors des consultations menées par le Chef de l’État, Félix Tshisekedi, a été sacrifiée sur l’autel du partage des postes au Bureau de la CENI, au profit d’une réformette sans prétention de changer la gouvernance électorale.

Trêve des commentaires, les réformes électorales en gestation au niveau du Parlement censées mener à l’organisation d’élections de 2023, risquent au contraire de déboucher sur la confrontation.

Pendant ce temps, l’opposition politique craint que le régime en place ne retarde volontairement ces élections, pour prolonger le mandat de Félix Tshisekedi, qui en l’état actuel de la Constitution (article 71) peut se représenter à sa propre succession.

Gilbert Ngonga
24h

DiaspoRDC TV

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici