Ecoutez cet article

À l’invitation du Réseau européen pour l’Afrique centrale, une délégation de la Conférence épiscopale nationale du Congo sollicite un soutien des partenaires européens pour financer les élections générales en RDC.

La dynamique en vue des prochaines élections générales de décembre 2018 en RDC se met en place. Alors que les formations politiques de la majorité présidentielle et celles de l’opposition se préparent, la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco) s’active également pour que le processus électoral soit conduit à son terme. D’où le séjour à Bruxelles de la délégation conduite par le président de la Cenco, Mgr Marcel Utembi, archevêque de Kisangani, à l’invitation du Réseau européen pour l’Afrique centrale.

Le séjour de la délégation des évêques coïncide avec la détérioration de la situation dans l’Ituri, dans le nord-est de la République démocratique du Congo. Pour l’heure, le conflit intercommunautaire entre les agriculteurs Lendu et les éleveurs Hema a provoqué l’exil d’au moins 50.000 déplacés internes, sans oublier les 65.000 personnes réfugiées en Ouganda voisin.

Le secrétaire général de la Cenco, qui fait partie de la délégation, explique qu’il attend notamment un soutien financier des partenaires européens.

« Nous avons accompagné le président et le vice-président de la Cenc pour une mission de plaidoyer auprès de nos partenaires de Belgique et de l’Union Europeeen (et on va continuer au Canada) dans le seul but de solliciter leur appui dans l’accompagnement du peuple congolais pour que ses aspirations soient realisées dans des bonnes conditions. Concrètement on demande leur implication en terme de finance ; de la logistique ; de l’humanitaire ; et d’expertise pour que les conditions soient réunies afin que les élections soient organisées de façon à mettre fin à la crise. »

Néanmoins, selon lui, le financement n’est qu’un élément de ce plaidoyer auprès des partenaires occidentaux dans l’accompagnement de la RDC vers la sortie de crise politique qui secoue actuellement la RDC.

« La contribution ne se limite pas au financement ou l’organisation de scrutin mais à tout l’environnement électoral, l’observation électorale et toute la logistique à mettre en place », a-t-il déclaré au micro de l’agence de presse allemande Deutsche Welle.

Deutsche Welle / MCN

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici