Ecoutez cet article

Les Nations unies ont annoncé leur soutien à la décision du président de la République décrétant l’État de siège au Nord-Kivu et dans l’Ituri, à l’Est de la République Démocratique du Congo.

A en croire Jean-Pierre Lacroix, son secrétaire général adjoint en charge des opérations de paix qui s’est exprimé lundi 10 mai à Kinshasa, leurs unités de réaction rapide supplémentaires vont descendre bientôt sut terrain.

Elles vont poursuivre la collaboration avec les nouvelles autorités militaires nommées dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri.

« La décision du Président Tshisekedi traduit une volonté d’engager davantage des forces pour traiter le problème d’insécurité dans la partie Est du pays. Nous travaillons ensemble. De notre côté, nous travaillons pour renforcer la MONUSCO dans la région en attendant la Brigade d’intervention rapide. Nous sommes en train de déployer les unités de réaction rapide supplémentaires », a dit Jean-Pierre Lacroix.

Pour le secrétaire général adjoint de l’ONU aux opérations de paix, il y a une réponse qui va au-delà de la dimension sécuritaire. Il y a, selon lui, un besoin d’une approche intégrée qu’il faut explorer et travailler avec les autorités congolaises.

« Il faut une approche intégrée qui prenne en compte tout ce qui alimente les conflits dans ces régions de l’Est du Congo : les tensions ethniques, l’économie criminelle, des frontières qui sont poreuses qui encouragent un certain nombre de trafics », a martelé Jean-Pierre Lacroix.

Et de conclure :

« On travaille aussi pour faire en sorte que l’exploitation des ressources naturelles de ces régions bénéficient au pays et à la communauté, et non pas aux circuits criminels ».

Abed Masiri
Africa 24sur24

DiaspoRDC TV

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici