Écoutez cet article

Lors de son meeting populaire tenu le 9 juillet 2022 dans la ville de Kisangani à la Tshopo, Martin Fayulu est notamment revenu sur la guerre dans l’Est de la République démocratique du Congo. Une situation qui a pour cause, d’après lui, le manque d’un leadership fort à la tête du pays.

Devant plusieurs habitants de cette partie du pays qui ont assisté à ce meeting, le président du Parti politique Engagement pour la Citoyenneté et le Développement (ECIDé) a affirmé que s’il était au pouvoir, le président du Rwanda, Paul Kagame, n’allait pas oser s’amuser avec la RDC.

« Mes chers frères, cette guerre que nous subissons, cette agression qui nous affecte actuellement, c’est la conséquence du manque d’un leadership fort et exemplaire pour notre pays. Voilà pourquoi Paul Kagame s’amuse avec nous comme des petits enfants. Est-ce que c’est normal ? Mais pourquoi se permet-il cette provocation, c’est parce que nous avons des autorités que vous, population, vous n’avez pas votées. Si c’était moi, il n’oserait pas. Kagame ne s’amuserait pas un seul instant avec le Congo », a déclaré d’un ton ferme Martin Fayulu.

Dans la foulée, ce membre du Présidium de la coalition LAMUKA a souligné que l’ancien président de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI), Corneille Nangaa, est aussi, dans une certaine mesure, responsable de cette situation.

« C’est Nangaa qui a nous a plongé dans cette situation (…) Mes chers frères, si j’étais à cette place là, aujourd’hui, croyez-vous que j’allais avoir peur de donner un mot d’ordre ? Allais-je vraiment hésiter d’affronter cette situation ? Parce que si celui qui dirige, a le soutien de la population, celle-ci le suivra et lui donnera la force nécessaire pour affronter la guerre. Mais si celui qui dirige n’est pas soutenu par le peuple, il ne fera rien », a-t-il conclu.

Pour rappel, la situation sécuritaire dans l’Est du pays s’est encore dégradée avec la résurgence du mouvement rebelle M23. Ce dernier occupe depuis plusieurs semaines maintenant quelques localités de la province du Nord-Kivu. C’est le cas de la cité de Bunagana.

Cette situation a conduit à une rupture de confiance entre la RDC et le Rwanda, accusé de soutenir les rebelles du M23 pour déstabiliser le pays. Kinshasa a même pris des sanctions contre le Rwanda, notamment la suspension des vols de la compagnie aérienne Rwand’air à destination de la République démocratique du Congo.

Jephté Kitsita
7sur7

SOMBA,TEKA Ofele

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici