Félix Tshisekedi, président de la République démocratique du Congo (RDC) et Dénis Sassou Nguesso, président de la République du Congo ont convenu sur les rapatriement des réfugiés congolais des violences communautaires de Yumbi basés dans la localité de Makoti Poko. C’était à l’issue d’une visite de 24 heures du chef de l’État RD Congolais à son homologue à du Congo Brazza.

Au cours de la réunion du 38ème Conseil des Ministres en RDC le 3 juillet dernier, il a été fait mention de la demande des habitants de Yumbi, installés au Congo-Brazzaville, suite aux violences de 2018, de revenir dans leur localité. Selon l’ambassadeur congolais en poste à Brazzaville, ils éprouvent « d’énormes difficultés et en particulier des besoins en nourriture ».

Le Président de la République avait également instruit Marie Ntumba Nzeza, Ministre d’Etat en charge des Affaires étrangères, de faire le point avec les autorités de la République du Congo pour faciliter ce rapatriement.

En décembre 2018, des violences intercommunautaires à Yumbi avaient fait plus de 500 morts parmi lesquelles des enfants, des femmes et des personnes âgées. Environ 40 personnes ont déjà été arrêtées et transférées à Kinshasa, d’après des sources de la justice militaire. Le bureau conjoint de l’ONU aux droits de l’homme avait évoqué de possibles “crimes contre l’humanité”. Le Gouvernement congolais avait évoqué des attaques planifiées et coordonnées, mais aussi l’implication des notables Tende et Nunu ainsi que celle des autorités politico-administratives de Maï-Ndombe.

Auguy Mudiayi
Actualite.cd

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici