Ecoutez cet article

Félix Tshisekedi estime qu’il n’a trahi ni le peuple ni ses pairs de l’opposition. Dans une interview accordée à actualite.cd ce mardi 13 novembre, il estime qu’il a opéré le meilleur choix.

« Je n’ai pas trahi. La trahison à laquelle on fait allusion, c’est de traverser dans l’autre camp. Mais, moi, je suis rentré dans mon parti, où est la trahison dans ça ? J’avais signé cet accord en âme et conscience mais mon parti a rejeté cela. Moi, cet opprobre je l’ai constaté en signant cet accord », a t-il dit.

Il illustre ses propos par les réactions de la « base » de son parti.

« Vous avez vu les réactions, les protestations, c’est ça l’opprobre. Regardez quand j’ai retiré ma signature, les réactions. Je crois que l’opprobre était plutôt d’avoir signé cet accord, pas le contraire. J’ai vraiment ma conscience tranquille » , a-t-il ajouté.

Félix Tshisekedi soutient que ceux de l’UDPS (Union pour la Démocratie et le Progrès Social) qui étaient censés apporter leurs voix à Martin Fayulu se sont détournés de cet accord.

« Je n’ai pas le sentiment d’avoir trahi qui que ce soit, ni mon engagement. J’ai seulement le sentiment d’avoir fait mon rôle de président de l’UDPS, c’est-à-dire d’avoir respecté le mot d’ordre de ma base, celui de ceux qui font de moi ce que je suis. Je les ai engagé dans cette signature, ils ont refusé cet engagement et je le respecte. Sinon à quoi je servirai à Fayulu ? Disons le nous les yeux dans les yeux. Le but de cet accord était de reporter nos voix sur un candidat commun. Cette base qui était censée apporter les voix sur Fayulu plutôt que sur moi a refusé », s’est-il expliqué.

Stanis Bujakera

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici