Écoutez cet article

Le dirigeant de la société uccloise Semlex, mise en cause pour la manière dont elle obtient des contrats de fourniture de systèmes d’identification et de documents d’identité en Afrique – et notamment en République démocratique du Congo (RDC) -, Albert Karaziwan, entretient des liens de longue date avec les dirigeants de ce pays, dont la famille de l’actuel président Félix Tshisekedi, affirme le magazine Médor dans un article publié jeudi.

Le contrat pour la fourniture de passeports biométriques conclu entre Semlex et la RDC est remis en jeu en juin prochain. Il date du 11 juin 2015 et porte sur la livraison de centaines de milliers de passeports très coûteux (185 dollars l’unité) à ce pays parmi les plus pauvres du monde. Une reconduction est-elle envisageable pour la société belge, s’interroge ainsi le magazine.

Il mentionne un échange de courriels datant de l’été 2008 entre M. Karaziwan, un Belge d’origine syrienne, et le défunt opposant congolais Etienne Tshisekedi (le père de l’actuel chef de l’État) dans lesquels les deux hommes se tutoient.

Lire aussi: Affaire vidéo : l’Evêque Mukuna remet les pendules à l’heure

La Libre/MCP

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici