Ecoutez cet article

Jean-Marc Kabund, secrétaire général de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS), considère que la réunion tenue à Genève (Suisse) ayant abouti à la désignation de Martin Fayulu, comme candidat commun de l’opposition à la prochaine présidentielle, est un complot contre la République.

« Nous appelons cette décision de Genève une supercherie, un complot contre la République », a-t-il dit dans une interview à actualite.cd.

Il a soutenu que l’UDPS est un parti des masses et la hiérarchie de ce parti ne peut que suivre la volonté de sa base.

« La question est délicate. Nous n’avons fait que relayer la volonté de la base qui voulait que la direction politique du parti puisse rejeter avec force cette vaste blague qui s’est tenue à Genève. Nous avons dit aussi que le président Félix Tshisekedi reste notre candidat, conformément à la résolution du congrès dont personne, y compris le président Tshisekedi, n’a le droit de s’attaquer. Nous avons demandé à notre peuple de rester debout pour les élections le 23 décembre », a-t-il ajouté.

Le n° 2 de ce parti de l’opposition a également réaffirmé la position défendue depuis bientôt un mois sur la machine à voter.

« L’UDPS n’est pas partie prenante d’une transition avec Kabila, comme le veulent certains. Le 23 décembre, nous irons aux élections avec ou sans machine à voter. S’il n’y a pas élections le 23 décembre, Joseph Kabila doit tirer les conséquences de cette situation. Nous ne sommes pas partisans d’un boycott ou encore d’une transition », a-t-il encore dit.

Ces positions ont été décidées à l’issue d’une réunion de plus de deux heures tenu au siège du parti suite à la désignation de Martin Fayulu comme candidat commun de l’opposition à la présidentielle de cette année.

Christine Tshibuyi

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici