Ecoutez cet article

Le bâtonnier Pierre Olivier Sur, membre du collectif des avocats de Vital Kamerhe, n’est pas surpris par la condamnation de son client ce samedi par le Tribunal de grande instance de Kinshasa/Gombe.

Il dénonce une procédure expéditive, diffusée en direct à la télévision, sans que jamais ni lui, ni ses avocats, n’aient pu ni consulter le dossier ni, a fortiori, discuter les éléments de preuve rassemblés contre lui, dit-il.

Selon lui, « la condamnation ne se fonde sur aucune pièce (instructions écrites données ou flux bancaires exécutés) et se contredit en soutenant qu’il aurait pu détourner de l’argent public alors qu’il n’était ni ordonnateur ni comptable de la dépense publique ».

Pour lui, c’est « un simulacre de procès » qui « n’est pas admissible dans le cadre d’un grand pays tel que la République Démocratique du Congo » et qui veut exclure Kamerhe de la vie politique du pays pendant une période de 30 ans.

Pierre Olivier Sur annonce que Vital Kamerhe exercera toutes les voies de recours possibles : « en République démocratique du Congo, devant les cours régionales africaines et devant les Nations Unies, qu’il a d’ores et déjà saisies ».

Selon le bâtonnier, Vital Kamerhe a confiance « au sursaut de conscience des juges congolais d’appel, au recours des juridictions internationales, et au contrôle de la communauté juridique internationale (les Nations Unies sont d’ores et déjà saisies à Genève), laquelle dépêchera des observateurs sur place lors des suites de ce premier procès caricatural ».

Pour rappel,Vital Kamerhe a été condamné ce samedi à 20 ans de travaux forcés, outre des peines accessoires, dont l’interdiction d’accéder à tout mandat public, pendant les 10 années qui suivront la fin de sa peine de privation de liberté.

Actualite.cd

DiaspoRDC TV

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici