Écoutez cet article

Les memoranda d’entente et accords signés parachèvent les trois rencontres au sommet en l’espace de 6 mois entre les Présidents Félix Tshisekedi et Recep Tayyip Erdogan, et symbolisent la volonté de raffermir les relations entre les deux pays.

Les rapports entre la RDC et la Turquie sont au beau fixe. Kinshasa et Ankara ont signé hier dimanche 20 février, au Palais de la nation, des accords portant sur la défense, les transports, les infrastructures et l’économie. Ces memoranda d’entente et accords ont été paraphés en présence des Présidents Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo et Recep Tayyip Erdogan, en visite officielle de 48 heures en RDC.

Arrivé dans la capitale Rd-congolaise dans l’après-midi, le Président Erdogan a eu une rencontre en tête-à-tête de plus d’une heure au Palais de la Nation avec son homologue congolais, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo.

Aucune déclaration n’a été faite à l’issue de la rencontre entre ces deux personnalités. Le Conseiller principal du Chef de l’Etat au collège Diplomatique, Christian Bushiri fait savoir que » la Turquie est un pays stratégique, incontournable dans le monde actuel. Et quand on réussit à déplacer le président turc ici ce qu’il y a des intérêts partagés. La Turquie a à investir en RDC et celle-ci a des choses à donner à la Turquie. «

Le Premier ministre Sama Lukonde et plusieurs membres de son équipe et de hautes personnalités turques venues dans la suite du Président Erdogan ont assisté à la cérémonie de signature de ces accords et memoranda d’entente.

La RDC, par la voix de son Président, Félix Tshisekedi, a sollicité le soutien de la République turque pour accompagner les forces de défense et de sécurité afin de faire face aux exactions perpétrées par les groupes armés. La RDC est confrontée à l’insécurité dans sa région orientale en raison de la présence de dizaines de groupes armés qui menacent les civils. Des opérations militaires sont en cours contre ces groupes, notamment les Forces démocratiques alliées (ADF), présentées par l’organisation État islamique (EI) comme sa branche en Afrique centrale.

La visite du Président Recep Tayyip Erdogan en RDC intervient 12 années après celle effectuée, en 2010, par l’ancien Président turc, Abdullah Gul, rappelle-t-on. A cette époque, le président Erdogan occupait les fonctions de Premier ministre.

Cette visite fait suite aux rencontres bilatérales entre les deux Chefs d’État, respectivement à Ankara, lors de la visite officielle, en septembre 2021, du Président Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo et à Istanbul, en marge de la participation de la RDC au sommet Turquie- Afrique, en décembre 2021. Cette visite est, en plus, le symbole d’une bonne volonté mainte fois exprimée par Ankara et Kinshasa de renforcer la coopération dans les domaines politique, économique et sécuritaire.

Ces accords mettent en exergue toutes les recettes possibles afin de faire progresser les relations économiques et commerciales entre la Turquie et la RDC.

Les relations entre Ankara et Kinshasa sont au beau fixe depuis plusieurs années et le volume des investissements turcs en RDC ne cesse de croître. Entre les deux pays, le commerce bilatéral s’élève à environ 40 millions de dollars.

Depuis l’arrivée au pouvoir de Félix Tshisekedi en 2018, les relations entre Kinshasa et Ankara se sont davantage développées. Ces rapports sont culturels, politiques, stratégiques et économiques.

Parmi les intérêts turcs en RDC, il y a notamment l’Ecole internationale Maarif dont les travaux ont coûté environ quatre millions de dollars, une école qui s’est éloignée de l’influence de Gülen et est passée sous le contrôle de la Fondation Maarif de Turquie.

La Turquie veut renforcer sa présence en Afrique. Depuis 2003, le volume de ses échanges avec le continent est passé de 2 à au moins 25 milliards de dollars.

M. Erdogan s’est rendu près d’une quarantaine de fois en Afrique depuis 2005, en tant que Premier ministre et président, toujours accompagné d’hommes d’affaires de son pays.

Depuis, la Turquie a ouvert une quarantaine d’ambassades sur le continent et étendu le réseau de la compagnie aérienne nationale Turkish Airlines. Mais l’influence de la Turquie va au-delà, avec notamment des ambitions en matière de défense. Le pays a inauguré sa première base militaire en Afrique en 2017 en Somalie.

Didier KEBONGO
Forum des as

SOMBA,TEKA Ofele

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici