Le ministre de la communication et des médias a pris part mercredi 11 juillet 2018 aux travaux de la Tripartite CNSA-Gouvernement-CENI, qui se tiennent depuis le 5 du mois précité à l’immeuble de la Territoriale à Kinshasa (à côté du parlement).

Dans son exposé axé sur la decrispation dans le secteur des médias, Lambert Mende Omalanga estime que son ministère a rempli ses engagements quant à ce.

« De concert avec les associations représentatives de la corporation des journalistes, nous avons effectivement entrepris un dialogue permanent et un travail pédagogique à l’intention des opérateurs des médias pour qu’ils s’imprègnent davantage des dispositions légales et des principes éthiques et déontologiques de leur profession au cours de cette période particulièrement sensible du processus électoral », a indiqué L. Mende.

« Je vous informe que 3 médias qui ont fait l’objet d’une décision judiciaire n’ont pu bénéficier de notre part de ces mêmes mesures en raison, vous vous en doutez bien, du sacro-saint principe démocratique de la séparation des pouvoirs », a-t-il martelé.

Répondant à une question d’un participant sur le surnom de Tshaku National (perroquet national, surnom péjoratif que lui donné ses détracteurs, ndlr), le porte-parole du gouvernement congolais a dit en être fier.

« En ce qui concerne la terminologie de Tshaku National, c’est reconnaître au moins que nous appliquons avec fidélité les décisions qui sont prises au niveau du gouvernement dont nous sommes le porte-parole. Donc, moi j’ai le droit de m’en orgueillir, d’être le Tshaku National », a souligné le porte-parole du gouvernement.

Il a poursuivi son exposé en signifiant aux participants à la Tripartite que son ministère va continuer à veiller à la stricte application des mesures de décrispation contenues par l’accord.

« Mon ministère estime que l’Accord ne saura en aucune manière être considéré comme une sorte de proclamation d’impunité pour les délits qui pourraient être commis par les opérateurs de médias car tel n’a jamais été la volonté des parties prenantes à l’Accord du 31 décembre 2016 », a-t-il conclu.

Jephté Kitsita

Poster votre commentaire

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici