Dans une interview accordée à la Radio France Internationale, Bob Kabamba, professeur de Sciences politiques à l’Université de Liège, s’est exprimé sur les différents sujets d’actualité en RDC, notamment le report de la visite du secrétaire général des Nations Unies (ONU).

Bob Kabamba pense que ce refus de recevoir Antonio Guteress est un aveu de ne pas vouloir répondre aux questions tabous dans la majorité présidentielle notamment sur sa participation aux prochaines élections présidentielles, le consensus autour de la machine à voter.

Répondant à la question sur la réaction de la communauté internationale et des États-Unis à une éventuelle candidature de Joseph Kabila, Bob Kabamba indique que l’option d’une intervention militaire sur le sol Congolais est déjà clairement définie pour rétablir l’ordre constitutionnel.

“Au niveau de l’Union Africaine il va de soit que lorsqu’il y coup d’État ou renversement de l’ordre constitutionnel, il y a toujours une option demandant aux pays membres d’intervenir pour rétablir l’ordre constitutionnel” précise Bob Kabamba.

Ce chercheur sur les questions politiques de la RDC indique que d’autres options notamment avec une transition sans Kabila pour l’organisation d’élections ou une révolte populaire suite aux différents appels de la rue qui pourront suivre une candidature de Joseph Kabila, qui n’a pas encore annoncé le nom de son dauphin alors que la communauté internationale exige de lui la levée de l’équivoque sur sa non-représentation au prochain scrutin.

Fiston MAHAMBA

Poster votre commentaire

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici