Ecoutez cet article

Quelle sera l’atmosphère de la prochaine rencontre entre les deux « frères » occasionnellement « ennemis » ? Félix Tshisekedi (RDC) et Paul Kagame (Rwanda). Après la prise de bec diplomatique, le temps du dialogue semble avoir sonné.

Sera-t-il un sommet au format d’un face à face physique ou un sommet par visioconférence?. Personne ne le sait jusqu’ici. Les deux chefs d’Etat ont promis de se rencontrer pour discuter de la problématique de la situation sécuritaire dans l’Est de la RDC. C’est le premier résultat obtenu par la médiation du président Macky Sall du Sénégal, en sa qualité de président de l’Union africaine (UA). Ce dernier avait obtenu de son homologue João Lourenço, président de l’Angola, la facilitation d’un rapprochement entre Paul Kagame et Félix Tshisekedi. Après un échange concluant avec le président congolais en début de semaine et une discussion téléphonique avantageuse avec le président rwandais, un consentement réciproque a été trouvé pour un sommet de tous les espoirs afin de sauver ce qui peut encore l’être des relations diplomatiques et de bon voisinage entre les deux pays.

Malgré plus de dix rencontres amicales, Tshisekedi et Kagame sont toujours en profond désaccord

En trois ans de règne, Félix Tshisekedi a consacré le gros de son énergie diplomatique dans la normalisation avec Kigali. Aussitôt investi à l’issue de sa prestation de serment, Félix Tshisekedi ouvrira son ballet diplomatique par Kigali le 25 mars 2019 accompagné de son directeur de cabinet de l’époque, Vital Kamerhe. À cette occasion, le président congolais visitera à Kigali, le mémorial du génocide du Rwanda. Deux mois plus tard, les deux hommes se retrouveront, cette-fois à Kinshasa aux obsèques de feu le patriarche Étienne Tshisekedi Wa Mulumba, père biologique du président congolais, le 31 mai 2019. Kagame et Lourenço feront ensemble, l’entrée du stade des Martyrs où était exposée la dépouille mortelle sous une salve d’applaudissements. Il y avait là un espoir d’un retour à la normale des rapports entre les deux États et entre les deux peuples. Le vendredi 12 juillet 2019, les deux chefs d’État sont conviés à un sommet par le président de la République angolaise João Lourenço à Luanda avec le président Yoweri Kaguta Museveni de l’Ouganda. Le 21 août 2020, les quatre chefs d’État se retrouvent une fois de plus à Luanda où ils signeront un mémorandum d’entente sur la sécurité et la coopération dans la sous-région des Grands lacs. Un accord qui, par ailleurs, scellait la réconciliation entre Kigali et Kampala en conflit ouvert depuis fin février 2019. Le lundi 17 mai 2021, tête-à-tête à Paris entre les deux hommes (Kagame-Tshisekedi) où ils évoqueront le programme de l’état de siège décrété dans une des provinces frontalières avec le Rwanda (le Nord-Kivu). À cette circonstance, Paul Kagame déclarera son soutien à toutes les initiatives visant le retour de la paix en RDC. « Nous saluons cette initiative prise par les autorités de la RDC et nous ferons ce qui est en notre pouvoir pour qu’elle soit fructueuse», dira-t-il. Et d’assurer qu’il (Rwanda) : «sera aussi aux côtés de la RDC pour toutes les initiatives mises en place pour renforcer la sécurité dans l’Est de son territoire, frontalière du Rwanda.». Tout récemment, le 26 juin 2021 à Gisenyi (Rwanda), les deux chefs d’État échangent de nouveau pendant deux bonnes heures avant de visiter les différents impacts de la dernière éruption volcanique du Nyiragongo, côté rwandais. Deux jours après, ce sera le tour du président Paul Kagame de franchir (officiellement) la frontière (grande barrière) pour la toute première fois, le samedi 28 juin à Goma. D’importantes décisions seront prises entre les deux leaders de la région à l’hôtel Serena. Le 25 novembre 2021, Paul Kagame et plusieurs autres chefs d’État et de gouvernement sont conviés au sommet sur la masculinité positive à Kinshasa. Tant de rencontres qui n’ont pas suffi à assainir les relations longtemps tendues entre Kinshasa et Kigali.

De quoi discuteront-ils ?

Dans une pièce à part ou encore par visioconférence, les deux hommes devront avant tout, évaluer les proportions inquiétantes de leurs relations en tant qu’hommes avant d’évoquer les dernières incursions armées du M23 dont Paul Kagame est le véritable patron. Un sujet qui risquerait de mettre le feu aux poudres connaissant le caractère allergique de Kagame sur cette question sensible. Lui qui a toujours donné l’impression que « ce sont des problèmes congolais qui doivent se régler par les Congolais eux-mêmes ». Or, une nouvelle donne s’impose désormais à la discussion, c’est la présence des éléments de l’armée régulière du Rwanda au front, aux côtés des terroristes du M23. Deux commandos rwandais ont été capturés par les FARDC et seront probablement remis aux autorités rwandaises cette semaine. Ce qui atteste qu’il y a bel et bien eu agression de la RDC par Kigali.

Où se tiendra le sommet ?

A Kinshasa ou à Goma ? A Kigali ou à Gisenyi ? A Luanda où encore à Addis-Abeba, capitale de l’Union africaine ? D’autres l’imaginent dans une capitale occidentale. La réponse à cette question dépend fondamentalement de deux hommes. Chacun, selon ses humeurs autour de la crise. L’une des deux parties devrait concéder au choix du lieu, sans quoi, le sommet sera virtuel. Les Congolais fondent beaucoup d’espoirs autour de cette rencontre en ce qu’il aidera finalement, à clarifier la voie d’un règlement définitif de la longue crise de voisinage entre les deux pays.

Jeanric Umande
Ouragan

SOMBA,TEKA Ofele

1 COMMENTAIRE

  1. Il fallait engager un combat officiel avec Rwanda !! Nous allons négocier Kagame comme qui dans l’affaire de la RDC , est-ce qu’il nous faut combien de temps pour exterminer tout Rwanda!!!

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici