Ecoutez cet article

Les réactions s’intensifient au sein du parti « UNC » de Vital Kamerhe après la dernière sortie médiatique de son secrétaire général qui soutenait la position prise par l’opposant Martin Fayulu au sujet du bilan de l’état de siège.

De son côté , l’ancien secrétaire général a.i et actuel ministre du gouvernement de la République, Aimé Boji, salue l’amélioration de la situation sur terrain et dénonce l’anti-patriotisme de Billy Kambale.

« Je suis UNC, j’étais à Goma, à Beni et à Bunia… Qualifier l’état de siège d’un échec frise l’antipatriotisme. Le verre etant à moitié plein, soutenons l’état de siège jusqu’à l’éradication totale de l’insécurité » , a réagi Aimé Boji sur son compte Twitter

Et de poursuivre : « Fort heureusement, chaque réussite est l’échec d’autre chose »

Il sied de rappeler que le lundi 11 octobre 2021, Billy Kambale a exigé une évaluation de l’état de siège au regard des résultats « négatifs » sur terrain.

« Nul ne peut se prévaloir de sa propre turpitude. Je sais que tout leader Nande qui s’oppose au Génocide des Nandes est toujours associé aux ADF. Ça ne sert à rien de créer des petits frères artificiels. L’état de siège est un échec, il faut le réévaluer. Il n’est jamais tard » a t-il dit sur son compte Twitter avant de supprimer le même tweet quelques heures après.

Martin Fayulu Madidi était également revenu le samedi 9 octobre, à l’occasion du meeting de Lamuka, sur la question de l’état de siège décrété depuis le 6 mai dernier dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri. Le nouveau coordonnateur de Lamuka disait noter un échec dans les opérations et appelle vivement au retour à une administration civile, question, selon lui, de laisser l’armée faire le travail pour lequel elle est appelée à accomplir.

Dans son discours, mardi 21 septembre 2021 à la 76e Assemblée générale de l’ONU à New-York (USA), Félix Tshisekedi avait rappelé que la mesure exceptionnelle de l’état de siège en cours dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituria été prise pour mettre fin à l’insécurité due à l’activisme des groupes armés nationaux et internationaux dans la partie est de la RDC. Il a, ensuite, déclaré que l’état de siège ne sera levé que « lorsque les circonstances qui l’ont motivé disparaîtront », tout en dressant un bilan largement positif des activités militaires de l’armée congolaise. Il s’agit notamment, selon lui, de plusieurs miliciens tués, des réseaux des trafics démantelés.

Abed Masiri
Africa 24 sur 24

DiaspoRDC TV

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici