Ecoutez cet article

Devant des officiers généraux et supérieurs des Forces Armées de la République Démocratique du Congo réunis au Groupement des Écoles Militaires, ex Centre Supérieur Militaire, le Président de la République Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo a lancé ce jeudi le séminaire sur l’Ethique et la déontologie militaire.

Dans son discours d’ouverture, le Commandant Suprême des FARDC a indiqué que ce séminaire se veut un haut cadre stratégique pour une réflexion approfondie sur la discipline militaire.

Organisé par le ministère de la défense, ce séminaire de deux jours devrait permettre aux participants de s’imprégner et d’intérioriser tous les préceptes qui fondent la discipline au sein des services de défense et de sécurité.

Par la même occasion, le président de la République a dénoncé et fustigé publiquement le comportement pervers des certains cadres de l’armée qui s’adonnent à des pratiques contraires à l’éthique et à la déontologie militaire.

” Il est temps de mettre fin à toutes les pratiques qui ont favorisé les assassinats et meurtres de nos concitoyens”, a-t-il dit.

Dans le même ordre d’idées, le Chef de l’Etat s’est inscrit en faux contre l’idée d’une alliance entre des officiers FARDC et des groupes armés afin de combattre un autre groupe armé ( M23).

” On éteint pas le feu en jetant de l’huile au feu “, a dit le Président de la République.

Toutefois , le Président de la République a réaffirmé sa volonté de poursuivre la réforme au sein de l’armée et il ne lésinera pas sur les moyens pour une montée en puissance des FARDC.

Le commandant suprême des FARDC a révélé que jamais dans l’histoire de la RDC, l’armée nationale a reçu autant des moyens financiers tout en reconnaissant que “les résultats ne sont pas proportionnels aux moyens mobilisés.”

Auparavant, le ministre de la défense avait relevé tous les antivaleurs qui gangrènent l’appareil sécuritaire de notre pays afin d’y mettre fin. Népotisme, clientélisme, tribalisme, etc. sont autant des maux qui avilissent l’armée nationale.

Promulguée en 1955, le code de discipline militaire vieille de 57 ans doit être mis à jour.

Le Chef d’Etat-major général des FARDC a, de son côté, affiché la même détermination d’assainir les mœurs au sein de l’armée nationale.

Le Haut Panel
MCP

SOMBA,TEKA Ofele

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici