Écoutez cet article

Deux jeunes gens ont trouvé la mort lundi à Lubumbashi, le chef-lieu de la province du Haut-Katanga (sud-est de la République démocratique du Congo), lors d’affrontements entre militants des deux partis politiques, a rapporté mardi la radio onusienne Okapi.

Les affrontements ont opposé des jeunes du parti présidentiel, l’Union pour la Démocratie et le Progrès social (UDPS) et ceux de l’Union des nationalistes démocrates et fédéralistes (Unafec). Ces deux partis appartiennent à l’Union sacrée de la Nation (USN), la plateforme du président Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, mais l’Unafec est minée par des divisions internes depuis le décès en août 2021 de son fondateur, Gabriel Kyungu wa Kumwanza. Les échauffourées ont eu lieu dans la commune lushoise de la Kenya pour une question de perception de taxes sur certains transports, avant de gagner le centre-ville de Lubumbashi, paralysant ainsi les activités commerciales, selon le site d’information Actualité.cd. L’Institut de recherche en droits humains (IRDH), une ONG de défense des droits de l’homme, a fustigé ces actes de violence. « Nous sommes vivement préoccupés par la violence meurtrière des jeunes des partis politiques UDPS contre ceux de l’Unafec qui vient d’occasionner la mort d’au moins deux personnes dans la commune de la Kenya. Une telle barbarie expose la province du Haut-Katanga à plus de violations des droits humains, encore des morts et de blessés et de déplacement interne de la population », a affirmé le responsable de l’IRDH, Hubert Tshiswaka, dans un communiqué reçu mardi à Bruxelles. « Nous demandons aux responsables politiques de l’Unafec et de l’UDPS d’entreprendre une immédiate campagne de paix afin que la fin de l’année soit exempte des troubles », a ajouté Me Tshiswaka.

Belga

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici