Écoutez cet article

C’est la chronique du retour du leader de l’AFDC-A sur ses terres. A Goma, à Bukavu et dans son hinterland, le premier des élus des élus a vu ses vacances parlementaires se transformer en un véritable baromètre de popularité. Bain de foule sur bain de foule. Dans cet Est faiseur de rois, il faudra compter avec Modeste Bahati Lukwebo. Pas de mystère pour le speaker du Sénat qui a été le premier à se prononcer pour Félix-Antoine Tshisekedi pour la présidentielle. Dans son fief du Kivu comme ailleurs à travers le pays, «MBL» mobilise pour Fatshi. En patriote, il mobilise aussi pour le soutien aux FARDC.

Le président du Sénat Modeste Bahati Lukwebo a profité des vacances parlementaires pour visiter la population du grand Kivu, secouée par l’insécurité qui menace cette partie du pays, du fait de l’agression dont il fait l’objet de la part du groupe rebelle M23, derrière lequel se cache le Rwanda.

Dans ses meetings tenus à Goma, dans la province du Nord-Kivu, comme à Bukavu, au Sud-Kivu, le professeur Modeste Bahati Lukwebo a encouragé les jeunes à s’enrôler massivement dans l’armée en vue de défendre l’intégrité territoriale. Pour le président du Sénat, il est temps que la RDC se prenne en charge sur le plan sécuritaire, au moment où la communauté internationale se montre indifférente face à la énième agression dont elle est l’objet de la part de ses voisins dont le pays de Paul Kagame.

«Je viens ici vous apporter un message de paix, un message d’espoir. En ce moment précis où le pays est attaqué par l’ennemi, nous devons nous ranger comme un seul homme derrière le président de la République, Felix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, et nos forces armées, pour bouter dehors l’ennemi, pour que la paix arrive dans le plus bref délai. C’est pour cette raison que nous demandons à nos jeunes de s’enrôler dans l’armée pour défendre notre pays, pour défendre la patrie. Nous avons demandé à ce que nous puissions nous assumer nous-mêmes, étant donné que nous ne pouvons plus continuer à compter sur les promesses de la communauté», a déclaré le leader de l’AFDC-A.

IL EST TEMPS QUE LA MONUSCO SE RETIRE DE LA RDC

En réaliste, le président de la chambre haute du Parlement a par ailleurs a affirmé qu’il est temps que la mission onusienne (Monusco) se retire du territoire national congolais, étant donné qu’elle a montré ses limites. En 22 ans sur le sol congolais, le bilan est nul soutient-il. Les populations civiles continuent à mourir en masse dans l’inaction et le silence «complice» de la communauté internationale.

«Nous avons ici une grande force de plus de 20.000 hommes. Cependant, depuis 22 ans, nous n’avons pas eu la paix. Maintenant, nous devons nous mêmes nous assumer. Sans les bousculer, nous demandons qu’ils puissent partir. Pas de brutalité. Nous devons leur demander tranquillement de se retirer. Nous-mêmes allons assurer notre sécurité. Nous demandons sans délai que la Monusco puisse se retirer. Nous demandons aussi à la population de ne pas les bousculer. Ils ont fait ce qu’ils pouvaient faire. Malheureusement, nous ne pourrons plus rien à attendre d’eux. Qu’ils partent dans la paix. Nous-mêmes allons-nous organiser», a-t-il rassuré.

A la question du président du Sénat de savoir qui sont pour le départ de la Monusco, la majorité de la population réunie à Goma, comme celle Bukavu, réunie à place de l’indépendant, s’est montrée favorable. Les populations du Nord et du Sud Kivu ne jurent que par le départ de la mission onusienne, accusée de participer à l’agression dont le pays de Felix Tshisekedi est victime de la part de ses voisins depuis des années.

SOUTIEN À FELIX TSHISEKEDI

Dans son speech, le président du Sénat a, en outre, profité de l’occasion pour réitérer le soutien de sa personne, de son parti politique (AFDC) et de son regroupement (AFDC-A) à la candidate de l’actuel chef de l’État, Félix-Antoine Tshisekedi, aux échéances électorales de 2023

Il a rassuré sa base quant à sa détermination de contribuer considérablement au développement de ce coin du pays. Tout en leur exprimant sa compassion pour toutes les catastrophes qui secouent la province du Nord Kivu ces derniers temps, Modeste Bahati Lukwebo a promis d’être toujours là pour défendre les intérêts de la population de ce coin du pays.

Il y a lieu de noter la stabilité de la population de Modeste Bahati Lukwebo dans le grand Kivu. De l’aéroport de Goma, à son meeting, dans cette ville, comme à Bukavu, au Sud Kivu, Modeste Bahati Lukwebo a une fois de plus démontré qu’il reste l’un des notables les plus adulées dans cette partie du pays. Son ancrage dans son Kivu est suffisamment éloquent pour monter comment le président de la République devrait absolument compter sur lui, dans la perspective des échéances électorales de 2023.

COMPTER SUR BAHATI LUKWEBO

Au moment où Fatshi s’attend à un deuxième mandat à la magistrature suprême, Modeste Bahati Lukwebo s’avère un partenaire indispensable, au regard de sa popularité et de l’identification de la population du grand Kivu à sa personnalité. Cette thèse s’est renforcée par les engouements occasionnés par cette énième descente du président de la chambre haute du Parlement de la RDC dans cette partie du pays.

Soulignons que le regroupement politique l’AFDC-A est la première famille politique de l’Union sacrée de la nation à plébisciter Felix Tshisekedi comme son candidat à la présidentielle prévue en 2023. Première force politique du pays après les élections de 2018, AFDC-A compte l’être aussi en 2023.

Orly-Darel NGIAMBUKULU
Forum des as

SOMBA,TEKA Ofele

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici