Écoutez cet article

Le 1er vice-président démissionnaire de l’Assemblée nationale, Jean-Marc Kabund, a fustigé le traitement qu’il subit tant au niveau du parlement que sa famille politique présidentielle.

Il a tout révélé le dimanche 16 janvier 2022 lors d’un entretien avec l’ancien gouverneur du Kasaï Oriental Alphonse Ngoyi Kasanji à son domicile situé à Kingabwa dans la commune de Limete.

A en croire Jean-Marc Kabund cité par cet élu de Mbuji-Mayi, la ligne rouge étant déjà franchie, il ne reviendra pas sur sa démission annoncée sur Twitter.

« La disgrâce me semble être établie et que la ligne rouge a été franchie, la nouvelle page s’ouvre avec les nouvelles horizons . L’homme indispensable n’existant pas en politique. On y pourvoira » a déclaré le président ai de l’UDPS dans les propos rapportés par le député Alphonse Ngoyi Kasanji.

Jean Marc Kabund a annoncé le vendredi dernier sa démission de ses fonctions de premier vice-président de l’Assemblée nationale. C’est une forte décision qui fait suite à une expédition punitive menée en sa résidence par les militaires de la Garde Républicaine (GR) chargée de la sécurité du Président de la République et de sa famille.

M. Kabund, président a.i de l’UDPS, parti au pouvoir est au cœur d’une altercation entre les policiers commis à sa garde et un militaire de la GR. Ce dernier, assis sur le siège de devant d’une voiture roulant à contresens s’opposait à l’interpellation des occupants dedit engin. Paroles contre paroles, muscles contre muscles, le bras de fer n’a pas été long. Son arme lui a été ravie et il a été extirpé du véhicule par les gardes de Kabund. Le militaire a été embarqué et déporté à l’auditorat.

Dans la soirée, ses compagnons d’armes sont allés à la résidence de Kabund pour venger le leurs. Ils ont cassé, chamboulé les biens dans la maison du président ad intérim du parti présidentiel. Ils ont aussi arrêté tous les policiers commis à la résidence de Kabund.

Aux dernières nouvelles, et le militaire GR et les policiers arrêtés au domicile de Kabund ont été libérés. Cette situation n’a pas visiblement plu à Jean Marc Kabund, bras droit du Chef de l’Etat.

Africa 24 sur 24

SOMBA,TEKA Ofele

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici