Ecoutez cet article

Le Drapeau d’un pays, c’est la figure symbolique de celui-ci. En effet, dans tout symbole, il y a un signifiant : la chose en elle-même et un signifié : ce qui est représenté. Le Drapeau de la RDC est décrit dans la constitution du 18 Février 2006, à l’article premier alinéa 2 : « son emblème est le drapeau bleu ciel, orné d’une étoile jaune dans le coin supérieur gauche et traversé en biais d’une bande rouge finement encadrée de jaune »

La couleur bleu ciel représente la paix, la bande rouge symbolise le sang des martyrs, la couleur jaune est le signe de la richesse du pays tandis que l’étoile jaune renvoie à un pays uni promis à un avenir meilleur.

De ce qui précède, il est indéniable que bruler ou déchirer ce drapeau, voudrait au fait dire symboliquement refuser la paix, l’unité et bonheur du pays, marché sur le sang des martyrs, bref : offenser la dignité même des congolaises et congolais. Ainsi, l’opération « Tumba drapeau » lancée par certains congolais dissidents résidents à l’étranger, est une lutte du symbolique. Pour eux, ce drapeau est la représentation de l’occupation étrangère du pays et ils brandissent celui du Zaïre (1971-1997). Ils réclament justice pour tous les morts congolais depuis le 18 octobre 1996, tout en déniant à l’actuel Chef de l’Etat, Felix Tshisekedi, le pouvoir suprême qu’il a reçu de la population congolaise par la voie de l’élection démocratique.

Pour mémoire, l’article 138 du Code pénal congolais érige en infraction l’outrage public à l’emblème national. Conscients de cela, ils se moquent de toutes les plaintes portées contre eux et en appellent d’avantage. Par conséquent, au-delà du drapeau brulé, c’est la Constitution de la République qui est l’expression de la volonté nationale, le choix du peuple incarné par le Chef de l’Etat, les valeurs et normes congolaises, qui sont bafoués.

Il sied dire que leur revendication afférente à la justice pour tous les morts congolais, est tout à fait louable. Le Président de la République est le premier à en être conscient. Raison pour laquelle, il s’est engagé pour assurer l’Etat de droit qui veut dire également séparation des pouvoirs (exécutif, législatif et judiciaire). En effet, à l’instar de ce que dit régulièrement le Chef de l’Etat, en termes de priorités, les Congolais veulent l’amélioration de leur situation sociale et sécuritaire. Ceci renvoie même au titre d’un chanteur congolais : « Que demande le peuple ? » : manger, boire, se vêtir, s’instruire et se faire soigner dans des bonnes conditions.

Par contre, bruler et déchirer le drapeau c’est insulter les Congolais, dévaloriser la Nation aux yeux du monde, piétiner la Constitution, etc. Il aurait été préférable qu’ils brandissent le drapeau, rappellent la signification de la couleur rouge, sensibilisent sur la justice pour ces martyrs et marcher pacifiquement. La main du Président de la République est tendue.

Au stade actuel, le soutien populaire au Chef de l’Etat Felix Tshisekedi est indéniablement avéré. Les Congolais doivent porter le Chef de l’Etat dans le cœur et prière, l’accompagner dans la réalisation de son projet pour la Nation.

Arnold Muya, Sociologue
le Potentiel

DiaspoRDC TV

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici