Écoutez cet article

L’affaire, enrôlée sous le RP 1170 mettant en cause Kamerhe Lwa Kanyinginyi Nkingi Vital contre le ministère public, Samir Jammal et consorts, sera appelée devant la Cour de cassation à l’audience publique, le 11 avril 2022, à 9h (heure de Kinshasa), lit-on dans une notification, datée du 28 mars 2022, du greffe pénal de la Cour précitée.

Borborygme! rebondissement à la Novelas, d’aucuns diraient à la Dallas, dans le procès dit de 100 Jours. Les co-prévenus d’hier et des témoins naguère appelés à charge ou à décharge, c’est selon, vont devoir se regarder en chiens de faïence, mieux comme chien et chat, dans quelques heures. A moins que ce ne soit un lapsus calami de la part du greffe de la Cour de cassation, Vital Kamerhe et Samir Jammal, ci-devant, respectivement ex-dircab du chef de l’Etat, Félix Tshisekedi, et opérateur économique libanais dans le secteur des constructions vont se livrer à une véritable estocade verbale sur les dossiers restés pendants dans l’affaire dite de Cent jours. Il pleuvra des hallebardes, nul doute, d’autant plus que Kamerhe et Jammal sont maniaques du pro-domo, ils tiennent à se défendre seuls, non sans opiniâtreté.

Après Soraya, Daïda, une autre fille de JB Mpiana aussi notifiée

Sont également notifiés pour comparaître, Jeannot Muhima Ndoole, ex-agent à la présidence de la République, et Daniel Nshangalume Nkingi alias Masaro, devenu célèbre pour avoir non seulement mesuré la taille de son fils au moyen de liasses de 100.000 dollars et surtout acheté une parcelle sur les hauteurs de la baie de Ngaliema, sans jamais aviser Suraya Mpiana, la bénéficiaire. La fille du célèbre musicien rd-congolais a également été notifiée autant que sa mère, Amida Chatur Kamerhe, et -fait nouveau!- sa jeune soeur, Daïda Mpiana et un certain Dieudonné Mayutu Namwisi. À ce nouveau procès, la République démocratique du Congo, sera défendue par trois avocats près la Cour de cassation, Manzila, Mupila Ndjike et Kalala Muena Mpala ainsi que le procureur général près de la Cour de cassation.

Il sied de rappeler que l’ancien Dircab du chef de l’Etat et autorité morale de l’UNC- parti membre de l’Union sacrée-, Vital Kamerhe avait d’abord été condamné à 20 ans de prison, avant de voir sa peine réduite de 7 ans au second degré. Pour ses proches, la Cour de cassation lui offre une véritable opportunité de prouver son innocence et redorer son image d’homme intègre. Alors que l’octogénaire Samir Jammal a toujours soutenu avoir intégralement honoré le contrat de fabrication, d’importation et d’implantation des maisons préfabriquées au profit des forces de sécurité rd-congolaises. Rendez-vous est pris pour ce 11 avril 2022 à la Cour de cassation.

Ouragan

SOMBA,TEKA Ofele

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici